MIDI Festival 2013, Beware y était ! 1

MIDI Festival 2013, Beware y était !

1

Rendez-vous comme chaque année à Hyères, Sud de la France, dans une ambiance festive et estivale entre les pins. Le MIDI Festival 2013 peut se vanter d’avoir un des plus beaux cadre qui soit. Plusieurs lieux sont mis à disposition des spectateurs, permettant de varier les plaisirs et de rythmer la soirée. Entre un Hippodrome au bord d’un marais (c’est beau mais attention aux moustiques), la plage, incontournable, qui permet de danser dans le sable ou les pieds dans l’eau un verre à la main, et enfin la Villa Noailles, rien que ça, cette Villa perchée sur les hauteurs construite par l’architecte Mallet-Stevens.

Début du festival donc, une vague de hipster envahit l’hippodrome pour la première soirée. Le micro short en jean est de sorti, ainsi que barbes, moustaches, tatouages et lunettes de soleil. Le festival réuni des spectateurs d’ages variés. En même temps cela se comprend : quelle programmation musicale ! Tout amateur de bon goût se doit d’y aller au moins une fois. Entre têtes d’affiches et découvertes plus ou moins connues, la soirée nous offre une avalanche de sons de qualité. Les cigales ne font plus le poids, leur chant bientôt écrasé par le premier groupe à monter sur scène.

Ils sont français et s’appellent Appletop. Un son qui sent bon l’été, les roads trips et la joie de vivre pose encore un peu plus l’ambiance du festival. La suite est consacrée à des groupes anglais Splashh tout d’abord, puis Peter Hook, ex-Joy Division, dont j’ai redécouvert la musique par ce live qui a su transporter la foule malgré une interprétation discutable de ses titres.

Dans le public pas de poggos, donc pas de soucis vous pouvez emmener votre grand-mère avec vous sans crainte. L’atmosphère est un poil plan-plan mais la bonne ambiance reste de mise. La foule sera d’ailleurs saluée par Peter Hook.

Entre deux concerts les festivaliers s’assoient en groupes dans l’herbe. On discute autour d’un verre ou d’une clope. Un bar juste en face de la scène permet de se procurer une bière ou un magnifique hot dog n’importe quand dans la soirée sans trop d’attente.

Le dernier groupe à passer à l’Hippodrome ce soir là sont The Horrors. Une prestation plutôt cool bien qu’un peu fade à côté de celle de Peter Hook juste avant. Mais ces cinq jeunes prometteurs aux jambes longues et filiformes font leurs preuves en nous offrant un son New-Wave avec un soupçon de rock garage, dans une atmosphère sombre, planante et explosive.

Ainsi s’achève la première nuit à l’Hippodrome, mais la soirée ne fait que commencer car sur la plage de l’Almanarre, non loin de là, Prosumer, le talentueux DJ allemand, prend les reines.

 

Le deuxième soir, toujours à l’Hippodrome, les festivités démarrent avec Los Porcos, composé d’ex-membres de Wu Lyf. Juste derrière arrive King Krule, très attendu par le public, qui pose son style si particulier. Mykki Blanco enchaîne avec une prestation scénique endiablée et des bains de foules comme il sait les faire en concert. Le rappeur New-Yorkais, Poête, travesti, a été le seul artiste du festival à fusionner avec le public au sens littéral du terme. Aluna George prennent le relais avec leurs titres accrocheurs qui ont fait bouger pas mal de monde sur le dancefloor. Enfin les talentueux Mount Kimbie clôturent cette deuxième soirée à l’Hippodrome avec en guest-star King Krule sur un de leurs morceaux.

 

En bref un gros coup de cœur pour ce MIDI festival, une programmation musicale aux petits oignons et un super son. C’est un festival qui laisse encore la place à des artistes plus underground, une scène montante hélas trop méconnue. On ne peut que vous recommander d’aller y faire un saut l’année prochaine ! On vous a concocté une petite vidéo résumant ces deux soirs, en s’attardant un peu plus sur la prestation de Mikky Blanco qui valait le détour.

2  4 5  7 8 9 10  12 13