Météo mirage dans les rues de Paris pour le tournage du clip de "Libre".

[Chronique] Démêlez les mélos : utiliser les basses des 80s pour raconter son histoire comme Météo Mirage dans « Libre »

Découvrez comment l’apparition progressive des basses, en particulier celles des années 80, peut permettre de distinguer les parties d’un morceau tout en lui donnant un côté irrésistiblement entrainant.

Météo Mirage dans les rues de Paris pour le tournage de "Libre".
@nicotsn

Avec son nouveau single « Libre », Météo Mirage propose un voyage dans le temps au sein des années 80. Un titre dansant porté par ses synthétiseurs, typiques de cette décennie dorée, mais surtout par des basses qui donnent son rythme endiablé au morceau par leur utilisation progressive.

Un titre dansant dont l’ajout des basses porte le récit

Dès les premières notes de son single, le groupe Météo Mirage ne se cache pas de ses influences issues des années 80. Seul un synthétiseur et un kick accompagnent la voix d’Alexis qui n’est pas sans rappeler celle de Daniel Balavoine dans sa hauteur et son style. Dans cette ambiance intimiste, il aborde sa solitude avant de rencontrer la personne dont il parle dans « Libre ». Finalement, il semble aussi esseulé que sa voix au milieu des quelques instruments lors de cette première partie de la chanson.

D’un coup, alors que se fait la transition vers un premier refrain, retentit une première basse aussi sous forme de synthétiseur, une sub-bass, qui reprend la première progression d’accords. Cet ajout donne davantage de poids au morceau et une impression planante pendant quelques secondes.

Dans un style moins pop, Carpenter Brut utilise aussi les codes de la synthwave pour inclure des basses puissantes dans ses compositions.

La libération du refrain

Ensuite, le refrain s’impose comme le point d’orgue du morceau avec l’addition d’une boucle de batterie, mais surtout d’une nouvelle basse saccadée. Dans le texte de la chanson, la rencontre a eu lieu et rien ne sera plus comme avant et Alexis reprend « avec toi, je me sens libre » alors que se déchaînent au même moment tous les éléments de la prod.

Météo Mirage au complet dans une cage d'escalier
@courbin_francis

Après un refrain aussi énergétique, beaucoup de compositeurs privilégieraient un retour au calme. Mais le deuxième couplet de « Libre » poursuit sur la même lancée, avec la basse et la batterie, alors que le chanteur reprend les mélodies de son premier couplet.

Sur la fin du morceau, la basse saccadée occupe l’espace avec la première basse du morceau. Ce duo permet la transition vers la partie instrumentale puis un ultime refrain en ayant fait monter l’attente chez les auditeurs. La fin de « Libre » fait penser à une roue libre totale, au cours de laquelle Alexis n’a même plus besoin d’expliquer sa liberté tant elle est retranscrite par la musique de Météo Mirage.

La voie ouverte par The Weeknd

Dans l’influence des musiques des années 80 sur la pop actuelle, on pense rapidement aux synthétiseurs. Mais en plus de ce marqueur de cette décennie, les basses saccadées et entrainantes commencent à intégrer à leur tour la pop des années 2020.

Pour « Libre », on peut faire le parallèle avec l’utilisation de ces influences dans « Take my breath » de The Weeknd sur son dernier album. Avec le suédois Max Martin aux commandes, la musique du Canadien s’est, en effet, vue grandement orientée vers la pop des années 80 ces dernières années.

Une chanson à l’ambiance nocturne

Début juin, Météo Mirage a publié le clip accompagnant la sortie du single. Une mise en image de l’insouciance des tubes des années 80 avec un rythme aussi effréné que sa ligne de basse. Mêlant les images tournées de nuit dans des soirées, dans la rue ou au cours de leurs propres concerts, le clip de « libre » contribue à l’ambiance nocturne que l’on imagine à l’écoute d’un morceau porté par ses basses.

Météo Mirage devant l'entrée de la Boule Noire.
@courbin_francis

Sur la fin du single, le groupe laisse s’exprimer l’instrumentale qui s’accélère et ajoute des effets de « slide » aux synthétiseurs, des glissements d’une note vers une autre hauteur, à ce cocktail explosif. Les notes aigues obtenues avec cet effet contrastent en plus parfaitement avec la profondeur des basses.

Porté par une énergie communicative, « Libre » donne une impulsion au groupe avant sa représentation à la Boule Noire le 22 juin. 

Suivez Météo Mirage sur Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.