Melsa Montagne et l’exploration du genre humain

Image d'avatar de Claire-Marine BehaClaire-Marine Beha - Le 28 juillet 2016

Melsa Montagne fabrique à coup de pinceaux des visages perturbants et saisissants. Cette artiste visuelle montréalaise a récemment remporté le grand prix du festival Mtl en Art et inscrit souvent, pour notre plus grand bonheur, ses oeuvres dans l’espace urbain. 

Montréalaises, Montréalais, vous avez probablement déjà croisé l’univers de cette artiste sans même vous en rendre compte. En attendant le bus, au détour d’une rue, dans un parc ou dans le métro – de manière complètement banale. Ces visages pâles et expressifs illustrent pendant un an la campagne publicitaire de l’organisation Dans La Rue, qui souhaite sortir les jeunes de la rue et sensibiliser le public à leurs conditions de vie.

danslarue2

melsa montagne - DANS LA RUE 1

Les peintures instinctives de Melsa Montagne nous provoquent un étrange sentiment de malaise, et viennent appuyer la cause des jeunes itinérants d’un ton juste. « Mes personnages, accompagnés du slogan ‘La rue, ça laisse des traces’, représentent bien le message que l’organisme souhaite faire passer  », indique-t-elle.

Sa dernière série nommée ‘Les méandres de la complexité du genre humain’ présente des corps biscornus – lorsqu’ils ne sont pas totalement inexistants – rattachés à des visages que l’on ne peut s’empêcher d’examiner de manière déconcertante, et avec un léger pincement au cœur.

le silence du fennec

madelle

poussière de soleil

rrrr

Leurs identités demeurent troubles, et c’est l’effet escompté. À nous d’apercevoir qui ils sont vraiment. Derrière ces visages qui ressembleraient presque à des masques tant ils sont énigmatiques, Melsa Montagne pose, l’air de rien, un véritable questionnement quant à ce qui fait de chaque humain un être singulier.

qqq

jj

nnnn

jjj

Bel et bien envoutée par l’esthétique des visages, l’artiste a également réalisé une série intitulée ‘Portraits allusifs’ où elle invite cette fois-ci notre imagination à inventer l’aspect des individus cachés derrière de grandes tâches noires. « Ces visages en mouvement troublent notre jugement, confie-t-elle. Ils sont le moteur de sentiments intenses dessinant en nous des vraies émotions sourdes. »

mouv4

mouv1

mouv2

mouv3

Finalement, pas besoin de décor étoffé pour ressentir, l’artiste montréalaise nous bouleverse en noir et blanc, et rapidement. À la fois ancrés dans la réalité et complètement fantasmagoriques, voir frôlant même la psychanalyse ; ses œuvres ne peuvent pas nous laisser indifférents, elles ont une âme, un petit quelque chose d’irrésistible.

Melsa Montagne multiplie les expositions depuis 2003 et se démarque en participant à divers projets. Le festival Mtl en Arts qualifie d’ailleurs sa démarche artistique de « mature et en perpétuel mouvement ». Elle utilise la peinture acrylique, le pastel, l’encre et le collage, réalise des tableaux, mais créé aussi des murales et des œuvres extérieures. Et faute serait de croire qu’elle se contente des dessiner des visages en nuances de gris, l’artiste décline son univers en couleurs et sur tous les supports, asphalte y compris.

13321928_10156954710335621_2714315704426990972_n (1)

16620_10153137860970793_7040520387200379594_n

13502099_10153480775155793_1668854318984428543_n

11825171_10152946410522031_13403788800194729_n

En collaboration avec Nicolas Des Ormeaux, les deux artistes ont offert une seconde vie à un vieux peuplier du parc La Fontaine, le rebaptisant Le Proliférateur, et faisant de cet arbre un lance-pierre de 15 mètres de haut. Enfin, pour pour ne citer que ces initiatives là, Melsa Montagne a également su embellir un piano public de la grande terrasse rouge rue Saint-Denis et redécorer des poteaux de la Plaza Saint-Hubert.

Malgré la diversité de ses accomplissements, on reconnaît aisément sa signature, cette confrontation entre une tension introspective et un désordre harmonieux.

Pour suivre le travail de Melsa Montagne : Site web : melsamontagna.jimdo.com – facebook

10624937_1508325819454603_2861103899247368826_n

13450045_1104186646291921_8822793621919203299_n

 

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
Notre sélection des festivals français du mois de juin 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juin 2024

L'été approche à grands pas, amenant avec lui le retour…

28 mai 2024

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Claire-Marine Beha
Article écrit par :
Rédactrice en chef de Beware.MTL et mangeuse de pop-corn assidue. Dans cette vie là, j'écris et je découpe des affaires pour les coller un peu partout.

Laisser un commentaire

1 commentaire

  • je suis sur le cul ou plutôt je suis léger comme l’audace de l’acte créateur.
    samedi 10 février je viens de découvrir le grand talent de cette artiste Melsa Montagne.
    Maison de la Culture du Plateau, c’est chez moi, je vais y revenir.
    Merci xx

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.