La mélancolie d’Edward Honaker

Image d'avatar de Étienne PoiarezÉtienne Poiarez - Le 18 octobre 2016

En ce début d’automne, un peu de noir et blanc pour se mêler à la mélancolie collective ne fait jamais de mal, surtout s’il on se réfère à une célèbre étude allemande de 2014, nous expliquant qu’écouter de la musique triste fait du bien. Peut-être l’observation conduit-elle aux mêmes effets ? Toujours est-il qu’il y a deux ans, le jeune photographe américain Edward Honaker a été diagnostiqué dépressif.

Edward Honaker

Auparavant photographe principalement intéressé par la mode, il va opérer un changement radical dans sa pratique. En effet, pour combattre sa maladie, il va se livrer corps et âme dans une série de clichés introspectifs, à travers lesquels il tente de dessiner les contours des émotions qui l’habitent désormais.

Avec le médium photographique, il tente de nous communiquer son expérience de la dépression, son anxiété et sa mélancolie, se révélant à lui-même des pistes pour comprendre ce qui lui arrive. Avec ses visions artistiques, il cherche également une catharsis pour purger les démons qui hantent son esprit et transforment sa vie en inconfort permanent. “Tout ce que je savais, c’est que je suis devenu mauvais là où j’étais bon sans comprendre pourquoi”, raconte-t-il au Huffington Post.

“Votre esprit est ce que vous êtes, quand il ne fonctionne pas correctement, c’est effrayant.”

edward-honaker-01

Rassurez-vous car depuis, il va mieux, se sculpte un corps de rêve avec l’aide de la musculation et de quelques seaux de protéines en poudre, nous le montrant régulièrement sur Instagram. Il ne produit malheureusement plus de photographies aussi inspirées, lui regrettant presque sa mélancolie. Quel plaisir esthétique peut-on tirer de la contemplation du mal, qu’il soit physique ou moral ? Même si cette idée heurte le sens commun, les catégories du beau et du bien ne se superposent pas. Car il y a belle et bien une beauté du mal comme Baudelaire nous le suggérait déjà dans ses charognes, à l’époque des Fleurs du mal. Une beauté mystérieuse, pulsionnelle et envoûtante.

Edward Honaker

edward-honaker-03

edward-honaker-04

edward-honaker-05

edward-honaker-07

edward-honaker-08

edward-honaker-13

edward-honaker-17

edward-honaker-09

edward-honaker-12

edward-honaker-10

*Edward Honaker

edward-honaker-16

Site officielInstagramFacebook

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Étienne Poiarez
Article écrit par :
Étienne Poiarez, doctorant à l’École Doctorale des Humanités à Strasbourg, a écrit un mémoire sur La Trilogie Cornetto d'Edgar Wright. Il a également obtenu un master en Information et Communication à Paris III Sorbonne-Nouvelle. Actuellement, il se consacre à une thèse sur le comique dans la cinématographie européenne récente, examinant les liens entre esthétique et éthique dans ses recherches sur des réalisateurs tels que Yorgos Lanthimos et Quentin Dupieux. En plus de ses travaux académiques, il a publié un article sur Tsui Hark et prépare un essai intitulé « La Trilogie Cornetto d’Edgar Wright ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.