mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle

Mathias Benguigui et Agathe Kalfas content la réalité de Lesbos

Avec la série photo Les Chants de l’Asphodèle, Mathias Benguigui et Agathe Kalfas documentent avec poésie et délicatesse la dureté d’un monde, où ils y mêlent mythologie et enjeux sociétaux.

mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
photographie couleur d'un homme dans la montagne entouré de brume
Un homme fuit des gaz lacrymogènes lors d’affrontements entre des habitants et les forces anti-émeutes grecques. Les policiers ont été envoyés d’Athènes par le gouvernement dans le but d’assurer la construction d’un nouveau camp fermé pour les demandeurs d’asile. © Mathias Benguigui

Lesbos, l’île grecque à la croisée des vagues migratoires, fait l’objet d’un travail à quatre mains : Agathe Kalfas et Mathias Benguigui offrent une nouvelle possibilité d’observer ce territoire.

La terre de Lesbos, carrefour des migrations

Depuis l’Antiquité, l’île grecque de Lesbos est une terre migratoire où se succèdent les allées et venues. Située à mi-chemin entre l’Orient et l’Occident, à seulement 12 kilomètres de la frontière turque ; Lesbos est le théâtre de flux migratoires, terre de ceux qui y sont un jour arrivés et qui aideront à leur tour ceux qui voudront faire la traversée. Cet esprit d’entraide des réfugiés permettra même aux habitants de Lesbos d’être nommés au Prix Nobel de la Paix.

mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle 
photo le soir lors d'un dîner à l'extérieur entre plusieurs personnes
© Mathias Benguigui
photographie ou le tatouage "love" est caché par des cicatrices
© Mathias Benguigui

Entre 2016 et 2020, le photographe Mathias Benguigui et Agathe Kalfas se réunissent pour documenter un réel propre à Lesbos. Agathe Kalfas travaille depuis une dizaine d’années dans la conception et la gestion de projets culturels à l’échelle nationale et internationale. Après avoir été nommée en 2014 Directrice de l’association Parole de Photographe (dédiée à la promotion du photojournalisme et à l’éducation à l’image), elle est désormais consultante indépendante en photographie. Avec Mathias Benguigui, ils mettent en forme Les Chants de l’Asphodèle, alliage de textes et d’images qui offrent une nouvelle perspective de documenter ce territoire ultra-médiatisé.

mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
photo de l'entrée d'une grotte
Ancienne grotte de l’Oracle d’Orphée. Selon la mythologie, après que les Ménades aient démembré son corps, la tête d’Orphée et sa lyre se sont échouées sur les rivages de Lesbos. © Mathias Benguigui
mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
portrait photo d'un homme qui ferme les yeux
© Mathias Benguigui

À l’origine des chants de l’Asphodèle

En mettant la photographie au service du journalisme dans une volonté de documenter le réel, la série n’en est pas moins empreinte de clichés à la fois tendres et puissants. Dans la démarche de rendre compte de la vision de la réalité de Lesbos, Les Chants de l’Asphodèle recueille des récits, témoigne des traces du passage humain, rencontre des populations qui permettent de dresser un portrait de l’île grecque à travers ses habitants, qu’ils soient de passage ou permanents.

Les années passant, Mathias Benguigui et Agathe Kalfas font le rapprochement entre ce qu’ils observent à Lesbos et un pan de la mythologie grecque. Le “Champ de l’Asphodèle“, c’est une section de l’Enfer où errent les âmes n’ayant commis ni crimes ni action vertueuse, l’attente y est éternelle et les esprits sont dépourvus de quelque dessein. Le parallèle est établi et les deux artistes nomment alors leur projet Les Chants de l’Asphodèle. La plante du même nom symbolise quant à elle dans le langage des fleurs un amour perdu.

mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
de dos on voit des femmes voilées
© Mathias Benguigui

Le résultat est un récit éprouvant, dans un espace-temps où les humains sont de passage sur une terre, mêlant récits mythologiques et témoignages, le tout illustré de photographies intimistes et déroutantes par leur certaine douceur. Pour se procurer Les Chants de l’Asphodèle de Mathias Benguigui et Agathe Kalfas aux éditions Le Bec en l’air, ça se passe sur le site internet Le Bec en l’air.

Nous vous en avions parlé cet été, vous pouvez retrouver le travail Les Chants de l’Asphodèle au sein du festival des Rencontres Photographiques du 10e qui débutera le 4 novembre, présentant une exposition des photographies de Mathias Benguigui et Agathe Kalfas.

mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
un arbre prend feu dans la nuit
© Mathias Benguigui
mathias benguigui et agatha kalfras dans la série les chants de l'asphodèle
des hommes sont accroupis par terre et préparent à manger
© Mathias Benguigui

Pour suivre l’actualité de Mathias Benguigui, ça se passe sur son Instagram ou encore sur son site internet.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.