Lilli Waters Anthropocene The Age of Humans

Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans

Inspirée par les peintres préraphaélites John Williams Waterhouse & Dante Gabriel Rosetti, et les photographes Julia Margaret Cameron et Francesca Woodman, la photographe Australienne Lilli Waters crée des compositions complexes avec un jeu de lumière subtile pour sa série Anthropocene, The Age of Humans. L’ambiance, à la fois lugubre et tranquille, offre un portrait contrasté de la femme, à la fois forte et vulnérable.

Anthropocene-The-Age-of-Humans-lilli-waters

Lilli Waters déconstruit le mythe de la féminité

L’artiste explique que cette série fait référence à des récits bibliques, plus précisément aux récits de la Création et de la Chute de l’Homme (et de la Femme). La Chute de l’Homme est habituellement caractérisée par le tourment et la honte, mais dans l’œuvre de Lilli Waters la présence de la femme donne un caractère ambigu et onirique à ce récit. La peau marbrée des silhouettes, lumineuses dans l’obscurité et situées en plein cœur de paysages naturels, évoque la pureté et l’innocence propres aux récits mythiques et féériques. 

Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans

“Avec les feux de forêts qui ravageaient l’Australie, nos options étaient plutôt limitées. J’ai alors décidé d’aller à Murray Sunset National Park, situé à 7h de Melbourne. Après quelques jours dans la petite ville de Sea Lake, nous avons décidé d’abandonner notre itinéraire initial et nous nous sommes dirigées vers les environs luxuriants de Grampian Ranges à la recherche d’un coin d’eau”.

Lilli Waters
Lilli Waters Anthropocene, The Age of Humans

Un équilibre parfait entre force et fragilité

Lilli Waters fait le choix de s’éloigner des clichés qui collent à la peau des femmes depuis des millénaires en décidant de brosser des portraits de femmes libres, fortes, nonchalantes et indomptables. L’usage de la dentelle, une première dans l’œuvre de Lilli Waters, représente le romantisme, le féminin. L’artiste y voit un symbole de la complexité du féminin, qui oscille entre vulnérabilité et force. 

Dans cette série, il y a une impression de communion et de rapports sensuels entre l’Homme, ou ici de la Femme et la Nature.

Anthropocene, The Age of Humans
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 1

En couvrant le visage de son modèle, l’artiste souhaite faire de cette série photographique un miroir dans lequel toutes les femmes peuvent se reconnaître. L’anonymat du modèle lui offre la possibilité de porter un message universel.

Lilli Waters série photographique Anthropocene, The Age of Humans
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 2
 Anthropocene, The Age of Humans par la photographe Lilli Waters
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 3
photo noir et blanc
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 4
femme nue dans les fleurs
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 5
Anthropocene, The Age of Humans par l'artiste Lilli Waters
Lilli Waters fait le portrait de femmes fortes dans sa série photographique Anthropocene, The Age of Humans 6

Le site de l’artiste

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
naked athena devant policiers
Naked Athena : une femme nue fait face aux policiers à Portland