leslie zhang

Leslie Zhang déconstruit les codes de la photographie de mode

“La photographie de mode est toujours dominée par l’esthétique européenne et américaine. Cela me dynamise de penser que je joue un rôle dans la création d’un langage visuel pour l’industrie…” Considéré comme une des figures de proue de sa génération, Leslie Zhang aura, en seulement quelques années, réussi à imposer sa vision dans le milieu, ô combien concurrentiel, de la Mode. À la fois, inspiré par les artistes japonais Shoji Ueda et Yoshihiko Ueda et fasciné par l’esthétique de la Chine des années 90’s et 2000’s qui a bercée son enfance, ce photographe basé à Shanghai n’a cessé de puiser dans cette nostalgie, jusqu’à en faire sa force. “Je veux raconter ces histoires familières dans les images que je crée. Qu’il s’agisse d’une fantaisie ou d’un lieu que j’ai visité dans mon enfance, il faut que ce soit une impression réelle que j’ai eue dans mon esprit” expliquait-il à CR Fashion Book.

couverture du magazine de mode The Ballroom réalisée par le photographe chinois Leslie Zhang
couverture du magazine de mode Vogue réalisée par le photographe chinois Leslie Zhang

La poésie de la vie ordinaire comme réelle muse

Si Leslie Zhang travaille essentiellement dans le milieu de la Photographie de mode, jamais il n’a occulté ce qui l’a poussé à s’exprimer créativement. À savoir : la beauté des moments ordinaires de la vie. Il s’efforce, ainsi, à toujours garder une certaine osmose entre la mise en valeur des modèles/vêtements et les thèmes qui lui sont chers. En résulte un univers unique à l’esthétique très marquée. Plus que se limiter à “montrer les vêtements, les cheveux ou le maquillage”, chaque photographie est imprégnée d’un message, d’une histoire qui lui est propre. “Je pense que les rédacteurs de mode qui m’ont commandé au début de ma carrière ont apprécié la sensibilité de mes premiers travaux et ont voulu s’en servir pour raconter des histoires.” Lui qui a, au départ, débuté sa carrière dans les beaux-arts (et notamment la peinture) a, en effet, dû apprendre tout ce qu’il connaît sur la photographie en autodidacte.

C’est en grande partie ce parcours (et ce regard unique) qui permet à Leslie Zhang, de chaque fois, innover dans ses scénographies, ou encore, de s’approprier de nouveaux langages visuels. Par exemple, en alternant entre le numérique et l’analogique. “Je crois qu’il existe une beauté universelle et qu’une grande photo l’incarne généralement.” Son style détone, ainsi, dans un milieu très codifié et, le moins que l’on puisse dire, c’est que ce parti pris paye. Il a, en effet, été élu parmi les 100 meilleurs New Wave : Creatives aux British Fashion Awards en 2018, il a déjà pu collaborer avec Vogue, GQ, Grazia ou Marie Claire.

Une reconnaissance méritée et qui permet de mettre sous le feu des projecteurs cette nouvelle génération de photographes asiatiques qui compte bien s’affranchir des codes pour exprimer leur Art. “Nous admirons ce que les maîtres ont fait en Occident, mais nous héritons aussi des grands de la photographie asiatique.” Il faudra, donc, compter sur Leslie Zhang sur les prochaines années, lui qui ne semble pas prêt de stopper son incroyable ascension.

Portrait réalisée par le photographe chinois Leslie Zhang
Portrait réalisée par Leslie Zhang
Portrait réalisée par le photographe Leslie Zhang
Portrait réalisée par le photographe chinois Leslie Zhang
Réalisée par le photographe chinois Leslie Zhang
Portrait réalisée par le photographe Leslie Zhang
Portrait réalisée par Leslie Zhang

Retrouvez le travail de Leslie Zhang sur son compte Instagram et découvrez le travail de Matt McClain, photoreporter pour le Washington Post.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.