Kalika sort son premier album Adieu les monstres 

Image d'avatar de Elisa BarthèsElisa Barthès - Le 10 mai 2023

La chanteuse Kalika a dévoilé le 5 mai dernier son premier album intitulé Adieu les monstres. Elle s’y dévoile à travers son alter ego, une guerrière au look coloré et surréaliste. Avec des morceaux aux sonorités pop, elle s’interroge sur son passé en recréant le chaos de son enfance, et le passage à l’âge adulte. 

Femme assise sur un fauteuil dans un univers surréaliste.
Cover de l’album Adieu les monstres.

Auteure, compositrice et interprète, Kalika dévoile dans son premier album des textes brut et sincères. De son vrai nom Mia Rosello, la chanteuse laisse place à son alter ego pour affronter les monstres de son passé, et transformer les mauvaises ondes en lumière. En plus de cette sortie, l’artiste dévoilera le même jour, la version acoustique du titre Personne, en featuring avec Youv Dee. 

Portrait d'une femme
Portrait de Kalika, par Mathias Adam.

Se débarrasser des fantômes du passé

L’album débute fort, avec le titre Kalika Gang, une sorte d’hymne fédérateur s’adressant aux personnes se sentant différentes. Il laisse transparaître l’un des “monstres” de l’artiste, celui de ne jamais se sentir à sa place. Tout au long de l’album, on découvre les traumatismes et les périodes compliquées de sa vie, dans des sonorités pourtant lumineuses. Elle souhaite laisser derrière elle toute une partie de sa vie, pour “reprendre le pouvoir pour se sentir plus forte”. Plus qu’un simple projet, Kalika y voit une véritable thérapie pour se libérer des démons de son passé.

Dessin d'un monstre au dessus de la tracklist
Track List de l’album Adieu les monstres, via Instagram.

Replonger dans son histoire pour se détacher des traumatismes

Kalika aborde divers thèmes sans filtre, dévoilant une grande partie de son intimité. Avec le morceau Fredo, elle s’exprime sur l’enfance et la famille, en mettant des mots sur ces soucis de jeune fille. Superficielle parle quant à lui de l’adolescence, l’artiste s’adresse à elle-même quelques années plus tôt, et cherche à ne pas reproduire les mêmes erreurs qu’à cette époque. Le harcèlement semble être un monstre imposant dans l’esprit de Kalika, puisqu’elle en parle dans deux morceaux. Les glaçons, en featuring avec Yelle, évoque la lourdeur des hommes auprès des femmes lors de soirées, ainsi que le manque de considération de ceux-ci. Et Tepu dans le noir parle du harcèlement sexuel, notamment sur le lieu de travail. Le sujet de la mort est traité de deux manières opposées : de façon lumineuse dans Drama Drama, et de manière bien plus tragique dans Le diable. On retrouve d’ailleurs ce contraste ombres/lumière tout au long de l’album, ainsi que dans les clips.

Suivez toute l’actualité de Kalika sur sa page Instagram.

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Elisa Barthès
Article écrit par :
La photographie et l'écriture sont les deux choses qui m'animent. J'aime capturer des instants, et transmettre l'émotion du présent à ceux qui n'y étaient pas. Jouer avec les mots me permet de parler dans une autre langue que celle de l'image.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.