Hibernation III, ce titre ne vous est pas étranger ? C’est normal il y a peu nous vous avions déjà parlé de la série Hibernation II du même artiste : Øystein Aspelund.

Bienvenue dans un univers sombre, vide de presque tout où le moindre détail s’apprécie grâce à de très légers contrastes. Le bleu nuit omniprésent vient nous plonger encore plus dans la scène, reproduisant la sensibilité de notre rétine aux paysages nocturnes.

Tout comme la série précédente, les clichés qui la composent forment un tout homogène. Pourtant chaque photo semble avoir son histoire, son mystère et peut très simplement s’apprécier individuellement. Ainsi, on passe d’un monde post apocalytique où le sol est jonché de masque à gaz à un univers glacial et minéral ou l’homme semble accessoire.

Enregistrer

Enregistrer