Eyjafjöll, le volcan musical

Image d'avatar de Alice PuissesseauAlice Puissesseau - Le 9 mai 2014

Eyjafjöll

Le choix d’un nom à résonance islandaise en référence au fameux volcan en dit long sur l’impact que le duo français de Rennes entend avoir sur nos oreilles ! Ce petit phénomène musical commence d’ailleurs à se frayer un chemin dans le monde indie/electro et on comprend pourquoi. En effet, Eyjafjöll semble nous raconter une histoire par la diversité des sonorités employées, sonorités où se mélangent parfois l’orient et l’occident comme dans le titre «Paranormalement». Embarqué dans un autre monde, paranormal donc, c’est un réel voyage musical aux confins de l’univers que nous proposent ces deux français.

C’est de plus  le mélange entre rythmiques qui sautent au visage, et sons plus sombres et profonds, qui fait la réussite de ce groupe. Ce résultat on le retrouve notamment grâce à un synthé omniprésent accompagné d’une basse d’outre-tombe. Toujours bien enchaînées, les variations de rythmes s’imposent naturellement pour notre plus grand plaisir.

Outre le mélange des sonorités, on est séduit par la dynamique équilibrée du groupe qui nous donne envie de danser sans s’arrêter au fil des titres. On attend la suite avec impatience. Petit bémol cependant pour la voix posée sur «My Mind, Your Landscape Part I» un peu too much par moment. Enjoy your trip.

eyjafjöll paranormalement

eyjafjöll paranormalement

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Alice Puissesseau
Article écrit par :
Ancienne rédactrice de Beware Magazine, art aficionado et Chargée de mission asile, filière de lutte contre les exclusions

Laisser un commentaire

1 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.