Premier EP de Veni Vidi TV : la confusion des sentiments

Image d'avatar de SolalSolal - Le 27 mars 2017

Des riffs de guitare aériens, des nappes électroniques à base de synthés old-school, une voix rock… Non vous n’écoutez pas The Cure, mais bien Veni Vidi TV : trio parisien, qui après pas mal de dates réparties sur leur 3 ans d’existence nous livrent Cruise, leur premier EP de cinq morceaux. Grâce à leur expérience, Gabriel, Pierre et Will ont poussé cet EP au maximum de son potentiel et de sa diversité.

Premier EP de Veni Vidi TV : la confusion des sentiments 3

Avec Piste Noire, l’EP débute en affichant immédiatement ses couleurs : musicalement assez sombre tout en laissant passer une lumière rouge-orangée façon coucher de soleil. On s’imagine à la plage, dans un environnement pourtant pas dépourvu d’urbanité. Beaucoup de reverb pour donner du corps, quelques effets planant, et on se laisse prendre dans cette ambiance. Le morceau suivant, Beached, est plus rythmé grâce à l’entrée imposante de la guitare et de la basse, qui peu à peu laissent le devant de la scène à un synthé armé d’un arpeggiator, assez différent par nature du premier morceau, mais toujours proche de son genre en termes d’ambiance, une sorte « Indie-Rock californien ».

Voilà, en une petite dizaine de minutes d’écoute, on est déjà convaincu par Cruise : on y entend d’un côté les inspirations d’hier que sont The Cure et New Order, de l’autre, des éléments plus modernes dans l’ambiance globale, une certaine façon d’occuper l’espace sonore, comme des artistes comme Kavinsky, un groupe qui appartient à un genre dans lequel Veni Vidi TV ont visiblement également puisé.

 

D’ailleurs, Je ne sais pas si le groupe est fan de Kavinsky, mais en tout cas, eux aussi auraient pu s’inviter dans la BO de Drive, à mon sens, parfaite retranscription visuelle de ce qu’on entend dans Mazes of Phrazes : inquiétante, voire perturbante, mais surtout saisissante. La tension semble être à son comble, mais le rythme semble maintenir le calme qui précède la tempête, avant que celle-ci éclate finalement à la fin du morceau. Drinkers Punchers liners empoigne de cette même manière et s’écarte des influences 80’s sans les renier.

Premier EP de Veni Vidi TV : la confusion des sentiments 4

Il reste un morceau dont on n’a pas parlé. Il s’agit d’Hotels, à mon sens la perle de cet EP. Magnifiquement réalisée et progressive dans sa construction, c’est le morceau qui se trouve exactement à la frontière entre l’amour du Rock, du Post-Punk et de la New Wave que semble éprouver Veni Vidi TV. On y retrouve quasiment tous les types de sons propres à ces influences.

 

Pour un premier EP, le trio parisien frappe fort et nous trouble au plus haut point à travers une musique aussi chaleureuse que glaçante. Beaucoup de signes contradictoires, qui semblent pourtant s’accorder parfaitement. Bref, écouter Cruise, c’est se laisser aller à la rêverie, mais aussi céder à l’égarement. Ils sont venus, ils ont vus, désormais ils ont vaincu !

Enregistrer

Enregistrer

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Dans ce deuxième article, Beware vous propose ses recommandations personnelles,…

3 juillet 2024

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Quelques jours avant les élections législatives britanniques, Banksy a profité…

1 juillet 2024

Visages multiples de Iain Macarthur

Visages multiples de Iain Macarthur

Ses coups de crayon dessinent des visages à n’en plus…

27 juin 2024

Solal
Article écrit par :
Rédacteur en chef musique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.