emmanuel rosario

Road, love et rock&roll, Emmanuel Rosario, l’homme qui embrase le vrai New-York par ses clichés

Image d'avatar de thildathilda - Le 26 juillet 2023

Emmanuel Rosario est de ceux qui aiment faire rimer la vie avec une longue route semée d’aventures, de rencontres et de beaucoup d’amour comme une vitamine pour lui au quotidien. Cette fureur de vivre, cette personnalité si solaire, il ne m’aura pas fallu longtemps pour la ressentir lorsque nous avons commencé à échanger via WhatsApp suite à la sortie de mon interview avec l’un de ses plus grands amis, que dis-je son véritable frère de cœur, Théo Gosselin. D’une conversation par message, s’en est allé un voyage sur les terres d’Emmanuel à New-York. C’est là où j’ai pu découvrir l’âme qui forge le talent.

Thilda – Beware Magazine : Le magazine est heureux de pouvoir te rencontrer ici à New-York. Pour commencer, je suis assez curieuse de ton parcours. Plutôt autodidacte ou jeune primé d’une grande école de photographie ?

Emmanuel Rosario : Merci Thilda, j’étais si excité de pouvoir m’exprimer dans Beware Magazine et de te faire découvrir mon New-York. Tu vas rire, mais pour tout t’avouer, lorsque je suis entré à l’Université, j’ai d’abord suivi des études afin de devenir infirmier. C’est quelques années après que j’ai réalisé que ma véritable passion était la photographie, et que j’ai dit stop aux piqûres d’insuline. (rire)

Dee, New-York (Brooklyn) - 2020
Dee, New-York (Brooklyn) – 2020

Heureusement, mon école proposait un programme de photographie. J’ai donc décidé de changer de filière et de me laisser guider par mes rêves. Tout en poursuivant mon chemin, j’ai trouvé un emploi dans un studio de photographie où j’ai appris à connaître l’équipement et les aspects techniques du métier. Tout en travaillant dans ce studio, j’ai également épaulé d’autres photographes. À ce moment-là, je me suis rendu compte que je manquais de temps à l’école à cause de mon travail.

J’ai eu la chance de recevoir de bons conseils qui m’ont permis de mettre fin à mes études et de poursuivre ma voie dans la photographie.

En 2012, j’ai entrepris mon premier voyage en voiture. Le road-trip qui m’a permis de rencontrer Théo Gosselin ainsi que Thibault Lévêque. Il s’est révélé terriblement initiatique puisqu’il a éveillé mon intérêt pour la photographie documentaire. J’ai alors commencé à instaurer dans mon travail de photographe une véritable assurance et des relations avec mes sujets, en shootant mes amis et les personnes en qui j’avais confiance.

On the road - 2012

On the road – 2012

Quelque temps après, j’en ai eu assez de travailler dans un studio et dans l’industrie de la mode.

J’ai donc déménagé à Austin, au Texas, où j’ai travaillé dans un garage automobile et dans divers bars, tout en documentant mes voyages et mes aventures. Plus tard, je me suis retrouvée à Détroit, où j’ai exploré la ville, tout en continuant à faire des road-trips et à documenter ma vie.

Deux ans plus tard, je suis retourné à New-York pour poursuivre une nouvelle fois ma carrière dans la photographie. Aujourd’hui, je travaille en tant que premier assistant du photographe Sebastian Kim.

C’est la version courte de l’histoire, mais nous pourrons en discuter plus tard durant ton séjour chez moi à New-York ! »

Concert du groupe STUY, New-York - 2023
Concert du groupe STUY, New-York – 2023

Thilda -Beware Magazine : Je ne m’étais pas trompée, j’ai vraiment à faire à un protagoniste d’un roman de Cormac McCarthy. En toute confidence, si tu devais décrire ton univers en 3 mots ?

Je dirais un “roller-coaster imprévisible” ! 

Thilda : Les montagnes russes incessantes au fil des aventures que tu vis ici à New-York et au gré de tes voyages. Un point commun que tu as avec Théo Gosselin. Que représente le voyage pour toi en tant que photographe ?

Les voyages sont ce qui rend la photographie passionnante ! A chaque fois que j’explore une nouvelle contrée, j’aime m’y faire de nouveaux amis. Quoi de mieux pour une personne curieuse et sociable. Cependant, je dois admettre que je me renseigne généralement peu sur l’endroit où je vais, non pas par paresse, mais parce que je recherche la surprise. Il y a quelque chose dans le fait d’aborder un endroit avec l’esprit clair et d’apprendre à naviguer dans la situation au fur et à mesure que les choses se déroulent. Je sais que cela peut paraître inhabituel, mais je recherche l’inconfort pour trouver le confort et me confronter à l’expérience de la vie.

Emmanuel Rosario,  Concert du groupe Bad Vacation, New-York - 2023
Concert du groupe Bad Vacation, New-York – 2023

Thilda : Le fait d’être aux États-Unis et d’avoir des amis français qui ont le même univers, comment est-ce que cela nourrit ton travail ? Ressens-tu un sentiment de fraternité au travers de ta “wild” photographie ?

Eh bien, je ne sais pas si Théo t’avait raconté l’histoire entre les gars et moi, mais je ne les connaissais pas vraiment lorsque je les ai rencontrés durant notre voyage il y a 11 ans. Je ne connaissais que Cedric Jereb, quI, en 2011, avait vécu durant un mois avec moi à New-York. Je connaissais Théo, grâce à Flickr. Enfin Lucas Hauchard, que j’avais rencontré lors des quelques conversations que nous avions eues sur Skype avant notre voyage en 2012. Mais cela étant dit, ce voyage a permis de construire de notre amitié et notre ferveur autour de la passion pour la photographie, avec un même esprit en commun. Nous avons vécu dans un van 24/7 durant trois mois et cela a bien évidemment accéléré notre relation. En dépit de la barrière de la langue qui était un problème, puisque mon français, à l’époque, était nul et leur anglais n’était pas bien meilleur, mais nous avons fait en sorte que cela fonctionne. La fraternité s’est formée à partir de ce voyage parce que, heureusement pour moi, nous nous sommes tous appréciés et nous avons pu nous lier d’amitié.

Cédric, On the road - 2012 par Emmanuel Rosario,
Cédric, On the road – 2012

Nous nous nourrissons toujours aujourd’hui de cet amour du voyage, de nos aventures pour servir notre passion pour la photographie. Finalement, il y a une belle harmonie entre notre amitié et notre art qui continuent de grandir.

Thilda : Oui, je suis d’accord, j’avais ressenti cette douceur, cette pureté et simplicité de l’existence et des corps au travers du travail de Théo. Et même si le tien est un peu plus punk, il y a une connexion entre vous, je trouve. Pourrais-tu nous parler de tes derniers projets ?

En ce moment, je travaille sur mon premier livre de photographies qui sera un peu la consécration de toutes mes années passées sur la route de 2012 à 2018.

Ces six années ont façonné ma vie et m’ont beaucoup appris sur l’amitié et la fraternité. Je travaille également sur quelques autres projets liés à la culture américaine du rodéo/cowboy et j’essaie de développer quelque chose dans la partie orientale du Mexique. Cependant, la chose principale sur laquelle je me concentre, c’est ce livre que j’essaie d’imaginer depuis 2012.

Thilda : Après tant d’aventures vécues avec Théo et la bande, je me demandais si vous aviez collaboré ensemble ?

Pas pour le moment, mais nous avons discuté de la possibilité de faire un film sur nos vies sur la route.

Théo, Utah - 2017
Théo, Utah – 2017

Thilda : Emmanuel, pour finir, tu m’as accueilli à bras ouverts pour venir découvrir le New-York “cool”, réfléchis-tu à un New-York/Paris prochainement pour y développer quelques projets ?

Pas pour le moment, mais j’aimerais beaucoup exposer dans des galeries rouges en France, et y exposer mes photos lorsque j’aurais terminé mon livre. »

Un grand merci à Emmanuel pour toutes les aventures et les nombreux échanges vécus ensemble à New-York. Retrouvez son travail par ici : https://www.emmanuelrosario.com

Amelia in East New York - 2023
Amelia in East New-York – 2023
Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Dans ce deuxième article, Beware vous propose ses recommandations personnelles,…

3 juillet 2024

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Quelques jours avant les élections législatives britanniques, Banksy a profité…

1 juillet 2024

Visages multiples de Iain Macarthur

Visages multiples de Iain Macarthur

Ses coups de crayon dessinent des visages à n’en plus…

27 juin 2024

thilda
Article écrit par :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.