Cry Baby II et la théâtralité sonore d’une épicerie de quartier

La performance théâtrale Cry Baby II en a fasciné plusieurs le 10 août dernier à l’épicerie locale Le petit coin. Réunis dans le commerce de la rue Beaubien dans le cadre du festival d’art émergeant SOIR Petite-Patrie, les spectateurs ont expérimenté le pouvoir sensible du son à travers une série de loops captivantes réalisées en direct par l’interprète David Emmanuel Jauniaux. Cry Baby II a été nommé le Coup de cœur Art vivant du festival et a ainsi remporté la bourse TELUS d’une valeur de 500$.

Cry Baby II est une création collective de David Emmanuel Jauniaux, Guillaume Danielewski, Audrée Juteau et William Couture, respectivement deux finissants en jeu et deux finissants en scénographie de l’UQÀM. Le collectif cherche depuis sa première pièce Cry Baby I à faire du son et de notre relation à celui-ci le pivot central de ses créations. Selon eux le son est plus souvent qu’autrement le « underdog » des créations théâtrales québécoises.

Cry Baby

Afin de faire naître ce qu’ils appellent une «théâtralité sonore», le collectif enregistre dans Cry Baby II des bribes de mots et les sons de l’environnement où il joue pour ensuite les incorporer à des loops. La répétition et la déconstruction rythmique (et textuelle) des loops ainsi que la manière dont ces sons amplifiés voyagent dans l’espace acoustique et affectent le public, constituent la matière première de cette création atypique. Ajoutons à cela des moments de silence assumés et le jeu de David Emmanuel évoluant de manière aléatoire dans l’épicerie et nous obtenons un spectacle des plus surprenant. Une rencontre électrique entre l’acteur et la salle.

Adapter leur création à l’intérieur de l’épicerie Le petit coin a été pour le collectif un défi technique et humain de taille. Les artistes ont du composer entre autre avec la pollution sonore de cinq systèmes de ventilation différents, le va-et-vient dans le magasin et les bruits provenant de l’extérieur. Cry baby II a dû assumer ces bruits environnant et les incorporer au spectacle. «Ça rendait ça encore plus vivant et actif!», affirme David Emmanuel Jauniaux. Selon lui, la proximité de l’acteur avec le public – causée par l’étroitesse du lieu – a également été un élément qui a influencé positivement l’interprétation. Le collectif aime travailler avec l’incertitude des lieux, des sons. Celle du public aussi, car il est toujours plus ou moins déstabilisé par leurs créations atypiques.

Heureux d’avoir été nommé Coup de cœur Art vivant du festival SOIR Petite-Patrie par le public et le jury de l’événement, le collectif compte utiliser les 500$ gagné par la Bourse TELUS pour se donner plus de temps de répétition et se permettre quelques folies scénographiques ou sonores dans leurs prochaines créations. Ça promet! 

Cry Baby II sera présenté du 10 au 13 octobre à l’espace La Risée à Montréal. Si la base reste la même, la forme du spectacle sera légèrement revisitée grâce à la collaboration live du band Après l’asphalte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.