Total
8
Shares

Claire Laffut nous propose une hymne à l’enfance teintée de douceur et de sensibilité. “Gare du Nord” mentionne notre quête de soi, notre quête immuable malmenée par les aléas de la vie.

claire laffut Gare du Nord

Le silence. Les mots “Gare du Nord” se dessinent et s’emparent du fond noir. Subitement, des chants d’enfants surviennent pour nous proposer une immersion au sein d’une période tendre que nous chérissons, une période teintée d’innocence et d’espérance. Le temps passe.

claire laffut Gare du Nord clip

claire laffut Gare du Nord

Seule dans une chambre au décor enfantin voire fantaisiste, une femme se prélasse paisiblement. Captivée par le reflet du miroir, elle contemple minutieusement les traits de son visage. Les cigarettes écrasées côtoient les peluches, assimilées à des trophées. Un bol de céréales colorées en main, elle s’étend lentement sur son lit tout en se penchant sur son écran d’ordinateur. Les premières notes de piano surviennent.

Claire Laffut

Telle une caméra embarquée, nous assistons à une confrontation entre deux mondes. Dans l’obscurité, Claire Laffut tournoie librement dans les rues et sur les quais de gare, telle une éternelle enfant. La quête d’identité induit des remises en questions essentielles mais parfois la perte de sens prend alors tout son sens. Le temps passe.

“C’est l’âge ma grande, on te dira c’est l’âge,

Pas sûr que ça s’estompe avec le temps,

On reste tous des enfants”

Retrouvez-là sur Spotify et sur Instagram

 

Total
8
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.