De nombreuses légendes bercent l’imaginaire de ceux qui connaissent le bois de Wistman situé dans la région montagneuse du Dartmoor, en Angleterre. Il en faudra pourtant plus que les histoires sur la chasse terrestre fantastique par des fées, des morts ou des elfes pour stopper Neil Burnell et son appareil photo.

Mauvais virage de Neil Burnell dans le bois de Wistman
Wrong Turn

À l’âge de 44 ans, ce photographe et designer anglais basé à Brixham (port de la côte sud du pays) s’est aventuré au cœur d’une forêt de chênes de sa région, auprès de la rivière West Dart. Les clichés rassemblant tous les éléments des forêts de la Terre du Milieu, son projet «MYSTICAL» fait immédiatement penser aux scènes décrites par John Ronald Reuel Tolkien dans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux : vieux chênes rabougris, blocs rocheux recouverts de mousse, sol de lichens.

"Révolte" d'un arbre au milieu des blocs rocheux
Uprising
"Atteindre", cet arbre quasi-humain semble vouloir atteindre les autres autour de lui
Reach

Notre notion du temps est mise à mal face à cette série de clichés offerte par Neil Burnell mais il suffirait de traverser la Manche pour constater qu’il s’agit bien de paysages au XXIème siècle. On voudrait comprendre combien de siècles voire de millénaires, il a fallu à ses arbres pour que leurs branches s’entremêlent ainsi, pour que leur présence soit telle qu’une âme s’en dégage, même à travers une photographie.

Créer une atmosphère mystique était son objectif ; mission réussie après avoir peiné à obtenir la brume qu’il souhaitait. Capturées à l’heure bleue, les photographies de l’artiste anglais sont sombres, froides et mystérieuses. Elles enchantent et impressionnent le spectateur qui sera indubitablement rêveur.

"Tentation" au coeur de la forêt de Wistam en Angleterre  neil burnell
Lure
mystical

Sa passion pour les paysages est manifeste comme en témoignent ses récurrents hashtags #earthfocus #everydaylifeoutdoors #landscapes #beautifulplanet, mais Neil Burnell est un photographe complet qui ne se limite pas aux extérieurs magiques. Avec son projet « DELICATE », il offre à voir la très fine et sublime structure du papillon ; produit de la nature. Les vastes infrastructures londoniennes immortalisées dans « DARK CITY » illustrent quant à elles la ville massive et obscure par manque d’éclairage. Dans un tout autre registre, Neil Burnell expérimente et revoit les codes de l’impressionnisme en multipliant les expositions et en capturant la mer sans rester immobile.

photo de phare dans la brume
The Gherkin à Londres
The Gherkin
"Big Ben", la grande cloche de la Tour Elizabeth à Londres
Big Ben
Pont de Paignton dans le Devon
Paignton pier
La mer, photo de la série "Impressionism"

Neil Burnell a remporté le prix du Photographe amateur de l’année 2018 ; une récompense de plus pour celui qui a su créer son propre univers.

Son site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.