Andrew Ho dessine sans dépasser. 1

Andrew Ho dessine sans dépasser.

Andrew Ho

Pablo Picasso a dit « J’ai mis toute ma vie à savoir dessiner comme un enfant. ». Un jour un type débarque de Los Angeles, et il a tout pigé.

Andrew Ho, jeune illustrateur de la cote Ouest crée des fresques, des fenêtres ouvertes sur son quotidien, des séquences oniriques teintées d’une certaine nostalgie des 90’s. L’artiste travaille au crayon de couleur, considérant l’outil comme étant plus sincère que la peinture « la peinture est comme un beau mensonge. Vous pouvez tout cacher sous des couches. Le crayon lui est impardonnable. ». Il bazarde même la perspective atmosphérique façon estampes de Hiroshige. Clin d’œil à ses origines ou naïveté du nuancier, à toi de voir.

C’est du bariolé mais sans dépasser, du remplissage intensif, l’overdose de coloré et d’édulcoré, mais l’overdose dont t’es quand même fier d’en avoir fait les frais. Un narratif bigarré, quasi primitif, limite limite bande dessinée, borderline assumé.

Garden_1_Web

Andrew Ho

I_don-t_Know_anything_anymore_Web_3

Midnight_Oil_1_Web

Nightmare_Lock_1_Web

Orpheus_1_Web_o

Reclining_Nude_Blue_Gaul

Reclining_Nude_Green_Payton_2_Web

Reclining_Nude_Purple_1_Web

Still_Life_1_Web

The_Shop_Web

Uh_Huh_Honey_Blue_Studio_1

Vanitas_Den_Web

Worry_Resting_1_Web

 

http://andrewchuaniho.com/

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.