Camargue en hiver

Viktor Balaguer capture le réveil embrumé de la Camargue en hiver

Dans une nouvelle série de photos, l’architecte et photographe Francais de 32 ans Viktor Balaguer immortalise les paysages froids et embrumés de Camargue un matin de janvier 2022.

Paysage fondu dans le brouillard.

Située dans le sud-est de la France au bord de la mer Méditerranée, la Camargue est souvent représentée dans des clichés la montrant sous un jour chaleureux avec des couleurs oscillants entre les tons jaune orangé. C’est d’ailleurs ce qu’explique le photographe lui-même :« J’ai l’habitude de voir cette terre qu’on appelle la Camargue brûler au soleil d’été »

Mais le 2 janvier 2022, l’artiste se réveille et admire un paysage qui lui était encore inconnu : la Camargue est embrumée par une épaisse couche de brouillard. Il prend alors son appareil photo et décide de capturer ce moment si inhabituel pour lui. « Et si la vraie beauté de la Camargue se cachait en ces quelques jours d’hiver »questionne-t-il.

Chemin embrumé de Camargue.

Un silence assourdissant

Dans les clichés de l’artiste, le silence d’une Camargue qui se réveille doucement au petit matin se fait largement ressentir. Les paysages sont figés et les taureaux nous regardent, immobiles. Comme si l’espace d’un instant, le temps s’était arrêté de tourner. 

Troupeau de taureaux dans un champ.

Une solitude planante

L’Homme est quasiment absent des photos de l’artiste. Et quand il est là, il n’est jamais accompagné. Toujours seul, contemplatif du spectacle qui s’offre à lui : la nature est en train de se réveiller. 

Homme face à la mer.

Un froid hivernal

Le spectre de couleurs froides des photos de Viktor Balaguer nous fait ressentir, à nous en tant que simple spectateur, le froid intense d’un matin d’hiver dans la région. L’humidité est aussi très présente que ce soit à travers l’intensité du brouillard, perceptible dans l’ensemble des clichés, mais aussi avec les quelques gouttelettes d’eau encore présente sur la végétation des champs.

Champ encore humide en raison de la pluie.

La Camargue sous un autre œil

Dans ses photos, l’artiste fait transparaître une Camargue nouvelle où « les remparts d’Aigues-Mortes surgissent devant vous de nulle part, où les flamants roses ressemblent à des fantômes sur le lac, les taureaux montrent leurs silhouettes et les chevaux blancs disparaissent dans le brouillard, ne laissant derrière eux que le bruit de leurs pas »raconte Viktor Balaguer.

Remparts d'Aigues-Mortes cachés derrière la brume.
Flamants roses à peine perceptibles en raison du brouillard.
Paysage embrumé avec un cheval dedans.

Retrouvez les photos de Viktor Balaguer sur son Behance

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.