origin-delirium-constructions-1207359882

Sarah Small, c’est un peu l’enfant difforme de la photographie de mode.

Comprenez par là qu’elle sait faire aussi bien, si ce n’est mieux que tous les photographes cover de Vogue. La recette, elle la connaît par cœur.. Vous aussi. Pour mémoire, je vous la redonne :

Commencez par un cadrage élégant avec une lumière diffuses qui donne l’illusion du naturel, puis déposez au centre une petite ingénue aux regards troubles qu’on pense à dévêtir au préalable. Elle va exécuter alors une de ces poses absurdes que son agence de mannequinat lui a apprise. Un brin de surexposition, et beaucoup de retouche. Bim. C’est fait. 
Vous n’avez plus qu’à couper l’arbre, en faire du papier glacé et imprimer le catalogue. Vous aurez comme résultat l’actuelle définition du « beau ». C’est ce qu’elles incarnent ces petites nymphes aux regards livides, payées des milles et des cents pour un sourire fade. Les magazines de modes sont leurs paroisses. Et elles y règnent en maitres(sses).

origin-delirium-constructions-1923615422

Mais Sarah Small les sorts de leurs havres à grand coup de pompes et dans sa superbe série « The delirium construction », les fait cohabiter avec un tout autre monde.

Utilisant tous les codes de la photographie de mode, elle shoot des scènes absurdes où la nudité de la jeunesse cohabite avec la vieillesse. Où la pureté d’un nouveau né est juxtaposée à un hématome. Ce sont des improbables rencontres entres archétypes. Des gens que le bon goût nous a toujours interdit de faire poser ensemble.

origin-delirium-constructions-142519236

Ici pas de comparaison. Penser qu’en mettant côte à côte jeunesse et vieillesse elle chercherait à évoquer les ravages du temps serait une erreur. L’âge n’est pas une condition mais un esthétisme. Jeunes et vieux sont des images. Chacun pris à part est un sujet de photographie sans équivoque. Mais c’est leurs juxtapositions qui génère le malaise.

Les chiens avec les chiens, les chats avec les chats. Voilà l’habituelle pensée.

origin-delirium-constructions-684814366

Sarah Small parodie et exagère. Ses retouches photo sont volontairement visibles et grossière, là ou les magazines hypocrites peine tant à les dissimuler. Les poses contorsionnées des nymphes deviennent absurde mises à côté d’une petite dame âgé. En amplifiant ces caractéristiques, l’esthétisme dominant est moqué.

Elle prophétise la fin de la photo de mode comme on l’a connaît. Le « beau » va devoir se trouver une nouvelle recette. Bonne nouvelle.

origin-delirium-constructions-804222970 origin-delirium-constructions-602326142 origin-delirium-constructions-611261223 origin-delirium-constructions-1046525151 origin-delirium-constructions-1037453410 origin-delirium-constructions-486378176 origin-delirium-constructions-269201044 origin-delirium-constructions-242068810 origin-delirium-constructions-480871753

Bien plus sur www.sarahsmall.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.