10526626_10204340791019202_540338641_n

Dans le cadre du Festival Beauregard, nous avons rencontré le groupe « We Have Band » pour la sortie de leur troisième album « Movements ».

Comment définiriez-vous votre nouvel album « Movements » ?

Thomas : C’est une question vaste mais je dirais que c’est à la fois une explosion de couleurs et une concentration d’énergies associées à du « We Have Band sound ».

Darren : Nous avons passé du temps en studio dans le but de nous rapprocher de ce que nous produisons et de ce que nous sommes. Nous étions dans un état d’esprit particulier en raison d’un été authentique que nous venions de passer. Nous avons rassemblé toutes ces expériences vécues afin de les mettre sur l’enregistrement. C’est la raison pour laquelle nous avions une certaine liberté dans ce processus de création.

Est-ce que vous considérez le voyage comme un moteur pour créer, une inspiration qui influence votre musique ?

Thomas : D’une manière générale, je pense que nous n’avons pas besoin d’aller au Brésil pour écouter de la samba. Évidemment quand nous sommes présents, notre sensibilité est multipliée. Cela nous permet de nous imprégner de la culture et de vivre une expérience riche. Au delà d’une influence directe sur la musique, le voyage nous transmet des énergies positives.

Qu’attendez-vous du public de Beauregard ce soir ?

Dede :Dans un premier qu’ils apprécient le spectacle puis qu’ils nous suivent.

Darren : Nous espérons qu’ils vont danser malgré ce temps pluvieux ! Pour être honnête, nous ne savons jamais si le public sera réceptif à notre musique. C’est une forme de conquête permanente. Nous voulons que les personnes arrivent à se laisser porter par ce que nous produisons, qu’une complicité s’installe entre nous au cours de notre passage. Quand nous sortons de scène, c’est la première question que nous nous posons.

10525097_10204340755898324_1189762431_n

Avez-vous un souvenir pertinent lié à la musique qui pourrait se ressentir dans la vôtre actuellement ?

Thomas : Auparavant, j’aimais particulièrement écouter un enregistrement des Beatles dans la maison de mes parents mais je ne pense pas que cela ait influencé notre musique. C’est davantage un souvenir affectif.

Dede : En ce qui me concerne, la danse est ce qui m’a sensibilisé à la musique.

Darren : Je n’ai pas de souvenir particulier lié à la musique mais une concentration d’éléments. Quand tu es adolescent, la curiosité est présente ce qui nous permet de nous ouvrir davantage et de découvrir des artistes, des acteurs. Je pense que cette période m’a donné envie de réaliser de belles choses.

Votre carrière musicale était-elle due à une rencontre inattendue ?

Thomas : Auparavant, nous avons tous joué dans des groupes respectifs. Notre rencontre est à l’origine de ce projet et de cette ambition. Tous les événements se sont enchainés rapidement mais cela n’avait jamais été une perspective d’avenir pour nous trois.

Quel est votre meilleur souvenir de tournée ?

Darren : Je dirais la Route du Rock pour la simple et bonne raison que c’était la première fois que nous jouions à un festival, cette nouveauté était spéciale pour notre groupe. Monter sur une scène est un mélange d’émotions et rencontrer des personnes qui viennent écouter ce que nous produisons est émouvant.

10525028_10204340757018352_1608132268_n

Photos : Clara Farhat