Rencontre avec les Flight Facilities pendant leur tournée mondiale !

Flight Facilities Interview

Crédits photo: Arthur Sloth

Flight Facilities est un groupe que je suis depuis un moment, après avoir découvert « Crave You » dans une compilation Kitsuné. Même au cas où ce nom ne vous dit rien, vous avez probablement déjà entendu cette chanson. Je vous recommande vivement d’écouter leur nouvel album « Down To Earth », et d’aller sur leur page Soundcloud pour écouter leurs mixtapes et remixes. Vous pourrez rapidement remarquer que leurs influences sont très diverses, comme ils l’ont montré avec leurs Decade mixes. Je pense qu’ils ont une approche assez unique, en faisant juste ce qu’ils aiment et en se disant que la qualité prime sur la quantité.

On a eu la chance de les rencontrer, en plein milieu de leur tournée mondiale, juste avant leur concert au YOYO!

Salut James et Hugo! Pour commencer je voulais revenir à vos débuts avec la chanson « Crave You ». Vous attendiez-vous à un tel succès quand vous l’avez composée ?

Non, pas du tout. Nous n’avions aucune attente quand on l’a faite dans la chambre de James, on voulait juste sortir un morceau, c’est tout. On ne s’attendait pas à ce qu’il soit connu à l’étranger. La France a été l’un des premiers pays à l’apprécier, ça nous a permis de commencer à nous faire connaitre ici aussi.

Donc la reprise avec Kylie Minogue, c’était pour rendre hommage à cette première chanson ?

Oui, exactement. Nous voulions vraiment travailler avec Kylie. On a encore la version originale sur l’album parce que c’était le début de notre histoire. Nous ne voulions pas refaire toute la chanson, juste le refrain, et aussi rendre hommage à la pop du passé.

Ensuite, vous avez pris un certain temps pour sortir chaque nouvelle chanson, était-ce pour être sur de sortir des morceaux parfaits ?

Nous voulions nous concentrer sur une chose à la fois et construire une base de fans. Si on avait sorti un album juste après Crave You … il y aurait eu peut être 100 personnes dans chaque pays qui l’aurait écouté, avec de la chance. Sortir notre album maintenant a beaucoup plus de sens, car nous avons construit de la confiance avec notre public… on espère.

C’était donc la même idée derrière vos Decade Mixes, il y avait beaucoup de travail derrière ?

Oui, nous voulions que ce soit spécial. C’est la même chose avec nos morceaux, nous n’en faisons pas beaucoup, mais nous voulons nous assurer qu’ils sont spéciaux et uniques. Voilà comment nous voulons chacune de nos sorties, parce que nous pensons que certains artistes sortent tellement de choses, que peut-être, ils ne sont pas fiers de tout. C’est important pour nous d’avoir un certain contrôle de la qualité. Si vous voulez sortir moins de morceaux, vous devez vous assurer qu’ils sont vraiment bons.

Et c’est aussi parce que vous voulez les accompagner de clips? Ils sont assez différents à chaque fois: un clip animé, rétro, minimaliste …

Oui, ça prend du temps! Exactement, c’est la même chose que pour notre musique. Nous aimons avoir différents types de morceaux et essayer différentes sortes d’esthétiques pour nos vidéos. Si on faisait toujours la même chose, on pense que les gens s’ennuieraient.

Sur votre album, il y a de nombreuses collaborations … Comment ça se passe, vous prenez contact avec les artistes que vous aimez ?

On finit toujours la partie de base du morceau puis on se demande « pour qui est-ce qu’il serait bon ». On s’assoit en studio avec un bloc-notes et on fait une liste de chanteurs avec qui on aimerait travailler. Et on a eu de la chance parce que presque tous les artistes étaient partants pour travailler avec nous.

Ils font un pari sur nous en quelque sorte. Avec chaque morceau, vous devenez plus connus mais des artistes comme Reggie Watts ou Kylie Minogue n’ont pas nécessairement besoin d’être sur notre album. Ils n’ont pas besoin d’être impliqués avec nous, mais le fait qu’ils le fassent nous touche beaucoup et influe sur la direction que l’on prend.

DSC04968

Votre album est sorti il y a environ un mois, êtes-vous satisfait des retours pour le moment ?

Il est trop tôt pour dire à plus grande échelle, il ne peut pas se passer beaucoup de choses en un mois. Peut-être que dans 3 ans, une de nos chansons seront dans un grand film et que ça va devenir fou… ou peut-être que non et que l’album va juste être oublié. Mais l’important est que nous sommes vraiment heureux des retours pour le moment.

On a des fans très fidèles : quand on voit des gens qui nous écoutent depuis « Crave You » nous donner des retours positifs, on se dit que l’on fait encore ce qu’il faut. Nous sommes grâce à eux, on n’en serait pas là sans ces premiers fans. C’est très dépendant des premières étapes, la façon dont quelque chose peut décoller.

Cette communauté de fans, c’est pourquoi vous vendez plus en plus merchandising, comme des t-shirts, clés USB …

On  vient de commencer à faire plus de merchandising, ça se transforme en cette sorte d’empire … ce qui est génial, parce que pour nous c’est juste amusant de voir des gens acheter des articles plus obscurs comme des chaussettes et des brosses à dents Flight Facilities.

DSC04964

Oui, et derrière il y a l’histoire de la compagnie aérienne Flight Facilities, qui a vraiment existé…

Oui, c’était la compagnie aérienne fondée par le grand-père d’Hugo. C’est cool parce que ces t-shirts ont existé il y a environ 25 ans. Les cravates, elles sont de la compagnie aussi, mais on ne les vend pas encore. Le père d’Hugo a travaillé dans l’entreprise, et il adore voir tous ces objets!

Parlons de votre live, a-t-il changé depuis la dernière fois que je vous ai vu à Paris ?

La structure a changé, il y a plus de contenu maintenant, mais vous reconnaîtrez certains passages. On est encore avec la chanteuse Owl Eyes, et un chanteur en plus, Kurt Kristen. On a ajouté des visuels synchronisés avec la musique, que l’on n’avait pas la dernière fois. Donc, ça sera encore mieux !  Et on a encore l’éclairage avec notre logo. On pense ajouter d’autres choses bientôt…

Interview Flight Facilities 2

Le groupe Client Liaison fait vos premières parties pendant cette tournée, comment les avez-vous découvert ?

Oui, ils sont assez incroyables, on les adore, on va danser dans le public à chaque concert! Ils sont de Melbourne, on est de Sydney, mais en Australie, s’il y a un bon groupe, on le sait rapidement . On a adoré les voir en live, et on voulait que plus de personnes puissent vivre la même expérience. Ils font cette tournée avec la meilleure intention, celle de faire connaitre leur musique. A Berlin, la nuit dernière, le public a adoré leur live , le groupe a vendu plus de merchandising que nous.

Et vous mixez toujours, comme ce soir à l’aftershow ?

Oui, on mixe pour le live aussi, mais c’est un peu plus structuré, comme nous avons les chanteurs. Pour les aftershows, on joue simplement tout ce qu’on aime. Donc on a encore le meilleur des deux approches!

Quels sont vos projets pour l’année prochaine ?

Travailler un peu plus sur le live pour l’améliorer. Et puis tourner encore, et écrire plus de musique. Et on espère qu’on pourra aussi être un peu chez nous!

Merci à James et Hugo d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

On est revenus au YOYO à 20 heures pour leur live soldout, ce qui se manifeste par la file d’attente de 30 minutes. Après un warmup disco de Lazzydigger, le duo Client Liaison apparait. Comme Flight Facilities nous l’ont dit, c’est vraiment cool et fun à voir en live!

Les Flight Facilities sont venus sur scène à environ 21:30, au son de leur chanson « Intro » permettant de découvrir le grand écran qui nous immerge dans un avion, puis diffusera différents visuels. Comme ils nous l’ont dit, le live est assez similaire à celui que de Mai, mais je l’ai trouvé mieux, grâce aux visuels, et aux nouvelles chansons de l’album. Il y avait un très bon équilibre entre les chansons pop avec les chanteurs, leurs hits et des chansons célèbres, plus électroniques de l’album tels que « Down To Earth » et « Waking Bliss ». Surprise au milieu du live, ils reprennent « Get Free » de Major Lazer avec Owl Eyes. Ils feront un rappel pour jouer leur dernier single « Sunshine » avec Kurt Kristen et le clip vidéo en arrière-plan, qui nous emmène quelques minutes sous les palmiers avec Reggie Watts. Parfaite conclusion du live!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.