Yeasayer one

Yeasayer ONE, le clip psyché

Le clip Yeasayer One, dernière réalisation de Radical Friend ressemble un peu à une publicité pour une célèbre pastille mentholée : le triple « radical » effect.

Yeasayer one

Au commencement, l’effet mauvais fan film de Stargate est inquiétant quant à la suite de la réalisation : un « Goa’uld noir »  arrive à toute vitesse en voiture, dans un entrepôt désaffecté devant lequel, seul un SDF courageux se réchauffe grâce à un brazero.
La scène ne manquera pas de nous rappeler scanner darkly, avec notre héros du jour à la tête changeante.

radical friend - 2

En second lieu, l’effet George Michael nous frappe à l’improviste : telles les toilettes du single Outside, le hangar « désaffecté » se transforme en boite de nuit !

Yeasayer clip one

Subrepticement,  l’effet Abba sous LSD fini par nous achever : le lieu de festivité clandestin renferme un mélange de genres indescriptibles, basés sur un look années 70, colorés et bariolés à la sauce techno-lsdisée. Heureusement pour nous, la musique électro-pop passe bien, et la réalisation est nettement plus soignée et travaillée qu’au début du clip.

radical friend - 4

On pourra découvrir de nombreux personnages et clichés : le chanteur habillé style hindou, enfermé dans un ring grillagé, qui n’est pas sans nous rappeler ces séries américaines où des catcheurs/prisonniers se battent clandestinement sur des rings improvisés. D’ailleurs nous avons notre public faussement distingué, aussi flippant que certains personnages de la citée de la peur ou du 5ème élément.

Mais la réalisation n’oublie pas les grands classiques du genre : jolies filles, personnages inquiétants, gogo-plongeurs, danseurs hop-hop et jeunes filles éplorées.