Pantheone présente son nouvel espace de création

20140227_Beware_Pantheone_019toned

Jeudi 27 février, dans un local récemment conçu, contrastant avec les bâtiments du quartier Marx Dormoy dans le 18e, Pantheone présentait son nouvel espace de création et boutique.

 

Pantheone est une marque de vêtements inspirés du streetwear, fondée en 2010 par Deborah Amaral et Aurélie Leyre. L’équipe s’est progressivement agrandie et Pantheone rassemble aujourd’hui un groupe de jeunes designers et modélistes impliquées dans ce projet. Grâce à Déborah Amaral (Direction Artistique), Hélène Gloux (Directrice des Collection) et Jeanne Bibette (CEO), Aurélie Leyre ayant quitté l’aventure, la marque s’est structurée et se développe. Ses membres sont pour le moment tous des femmes, même si l’équipe se dit prête à accueillir des individus de la gent masculine. Le nom de la marque fait d’ailleurs référence au Panthéon, qui n’abrite qu’un nombre extrêmement réduit de femmes. Un clin d’œil pour cette troupe qui semble finalement se plaire à rester entre filles.

 

L’évènement a eu lieu dans leur atelier et boutique, the P House. Ce local est situé dans la halle Pajol, un bâtiment neuf qui abrite notamment une auberge de jeunesse et des commerces. Le lieu offre un confort intéressant permis par la mise en place d’un système de captage d’énergie solaire qui permet d’être indépendant à ce niveau-là. Un beau projet écologique qui vise à dynamiser un quartier du 18e qui n’attire pas encore énormément de monde, ce qui pourrait évoluer rapidement.

 

Les pièces présentées lors de la soirée de vernissage sont d’une part des vêtements prêt-à-porter directement inspiré du streetwear et d’autre part des pièces uniques, plus expérimentales. Ces dernières sont constituées de vêtements ou accessoires préexistants, démontés puis assemblés selon le principe du moulage (conception d’une forme directement sur la base d’un mannequin de couture) pour créer un nouveau volume et fixés enfin à la main. Différents marques de vêtements fournissent à Pantheone des lots de baskets, par exemple, qui deviendront ainsi une robe. Toutes ces pièces sont réalisées au sein de l’atelier parisien. Ces pièces expérimentales servent à promouvoir la marque, à offrir une certaine visibilité et sont produites ensuite uniquement sur commande. Selon un des membres du collectif, cela semble une réussite, un vêtement est notamment apparu sur le plateau du Grand Journal. Ce principe de déconstruction de vêtements et d’accessoires pour récréer des pièces uniques faites entièrement à la main rappelle le processus de création à de la ligne « Artisanal » de Maison Martin Margiela. Pour Pantheone il s’agit de travailler cette fois non pas à partir de pièces vintage mais de lot d’éléments similaires et récents fournis directement par des marques de streetwear.

Une autre partie des pièces est cette fois-ci vouée à être commercialisée. Il s’agit de vêtements plus simples, faciles à porter. On retrouve des imprimés chinés ça et là, en attendant que la marque produise ses propres motifs pour les futures saisons. Cônes glacés et fruits côtoient des motifs toiles d’araignées. Sur ces pièces revient régulièrement un principe d’incrustation et d’empiècement et le motif du triangle, cher à la marque, est récurrent. On trouve ainsi une robe courte composée de triangles bleus, noirs et gris chiné. Pas de pince ou découpe classique mais un patronage composé entièrement de cette forme à trois côtés. Certaines pièces sont très simples, avec juste quelques détails d’incrustations réalisés avec un tissu qui contraste. Les vêtements de cette ligne restent à un coup très abordables pour une jeune marque qui produit l’ensemble de ces pièces en France, une démarche responsable.

 

L’équipe de Pantheone, jeune et dynamique, semble prendre plaisir à développer cette marque naissante et se donne les moyens de réussir dans un domaine où il n’est pas aisé de se lancer.

On attend de voir la poursuite de cette aventure.

 

Pantheone, the P House, atelier et showroom, 16 esplanade Nathalie Sarraute 75018 Paris

 

20140227_Beware_Pantheone_021toned 20140227_Beware_Pantheone_025toned 20140227_Beware_Pantheone_035toned 20140227_Beware_Pantheone_072toned 20140227_Beware_Pantheone_073toned 20140227_Beware_Pantheone_080toned 20140227_Beware_Pantheone_082toned 20140227_Beware_Pantheone_002toned 20140227_Beware_Pantheone_093toned 20140227_Beware_Pantheone_016toned

 

Photos: William Lousbury

Plus d'articles
Graphisme : Jeff Soto