Les perles plates de Ian Ruther

Type = ArtScans RGB : Gamma = 2.000
Ian Ruhter, photographe américain parmi d’autres, traverse de part en part les Etats-Unis pour constituer à coups de 500 dollars le cliché l’ultime prise de vue, celle qui rendra parfaitement compte du visage pourtant très pluriel de son pays natal. C’est dans le cadre de cette démarche qu’il se décrit lui-même comme un alchimiste capable de doser exactement, la lumière comme le nitrate d’argent.

Il faut savoir qu’il y a plusieurs mois, Ian Ruhter a mis toutes ses économies dans la transformation d’un camion (celui qu’il utilise pour fouiller le pays) en un gigantesque appareil-photo. Ce camion-chambre noire est depuis destiné au bon déroulement du projet; c’est surtout avec l’aide d’un tel outil que l’exécution d’un procédé photographique appelé le collodion humide, inventé il y a plus de 150 ans par l’anglais Archer, est possible.

 

Et le collodion fait en effet partie du nécessaire du petit alchimiste. Ruhter dissout entre autres opérations ce nitrate de cellulose dans l’alcool et l’éther avant de l’étendre sur une plaque de verre… Il plonge ensuite le tout dans du nitrate d’argent.
Une fois la prise de vue capturée la plaque doit immédiatement être développée en chambre noire; c’est pourquoi dans cette vidéo diffusée sur Viméo, et intitulée très justement Silver&Light , vous ne verrez presque pas les deux artistes sortir du “camionméra” au fil du procédé.

 

En résulte des clichés géants qui pourraient bien être considérés comme des “perles plates”: il vient immédiatement chez celui qui les voit la nette impression de se trouver face à un phénomène naturel pourtant sensiblement calculé et travaillé. Un tel photographe aidé de potions magiques parvient manifestement à faire que l’on jure une oeuvre sortie tout droit du fond des mers.
Voilà bien ce qui rend à Ian Ruhter son véritable statut: sans nul doute ce photographe-là fait partie des chercheurs d’or et des orfèvres de ce monde, c’est-à-dire de ceux qui prennent à la terre le beau à l’état brut et lui donnent à force de soins une finesse et une rareté propres à leurs visions.