2ca1aea465884673b077e578259bd37a

Vous ne le savez surement pas, à moins que vous ayez vécu au Québec, mais chaque année au 1er juillet – fête national du Canada – une bonne partie de la population déménage. La raison à cela ? Les baux se terminent pour 90% à cette date, sorte de norme qui est intrinsèquement reliée à la fête National. C’est en effet un bon moyen pour le Québec de bouder cet évènement et de se démarquer du reste du Canada.

Ce jour implique certaines complications dont la pénurie de camions de déménagement ( 350$ pour 4h contre 40$ en temps normal) et surtout un grand déballage de vieilleries sur les trottoirs. Vieilleries ? Pas tant que ça, vous y trouverez aussi des produits neufs, canapés, fauteuils, lits, écrans, armoires, ordinateurs etc…de quoi refaire votre décoration intérieure.

Le photographe Québecois, Benoit Paillé a donc réalisé une série de photographies pour critiquer cette ode au gaspillage, engendré par ce déménagement massif.

 

“Dans cette série, je me pose en critique du post-consumérisme situant l’éphémère au fondement de l’entreprise libérale d’articulation du monde. Prenant l’obsolescence programmée comme point de départ, je situe l’objet à l’extérieur, renversant l’idéologie de l’enfermement caractérisant le néo-institutionnalisme contemporain.”

f1c71de71b625da13ca32f961cbc46e2

67a459bbd6b02a4844ae9e7bf7ff26c6

9ebff1aa407a8959cf9a739a090eaddc

9f6ba53764c0a252e060eb850540c5e2

556bc79fbcd07d8121cd62e680c7035c

163a1deca44ff291d6cd3412d52d8943

  15330e3f03cf4089d39abb497ab035bd

387eaf82989979ca38602d4c4b1e0039

ba336b1ef5b6303d6f67602d1367d45a

578f4eb37b1b2bf06f59cab83c36eb00

27479d4a727ae277794fe945843fafda

d0ab122a7b1c3656e964bea5feb16cbc