L’afro-centrisme selon Romare Bearden

Image d'avatar de Étienne PoiarezÉtienne Poiarez - Le 22 novembre 2016

A l’occasion de la parution du second album du producteur anglais Archie Fairhurst a.k.a Romare, revenons sur les origines de son nom de scène, des nombreuses idées et des références qui irriguent sa musique, à travers la figure de son maître à penser, l’artiste américain Romare Bearden (1911-1988).

Né le 2 septembre 1911 à Charlotte, Caroline du Nord, l’artiste déménage avec sa famille à Harlem en 1914. La maison de ses parents devient un lieu de rencontres pour les personnalités de ce que l’on nomme “La Renaissance de Harlem”. On y croisera entre autres Duke Ellington ou Langston Hughes. Un microcosme favorable au développement artistique jeune homme d’alors. De 1935 à 1937, Bearden est caricaturiste pour le journal de Baltimore Afro-American, tout en étant travailleur social à New York. Il réalise ses premières œuvres sur son temps libre et va peu à peu rencontrer un vaste écho dans le monde de l’art. Il recevra de nombreuses distinctions de son vivant et même la “National Medal of Arts” remise par le Président Ronald Reagan en 1987. Il meurt l’année suivante à New York. De nos jours, son travail figure dans de grandes institutions américaines ; le Whitney Museum of American Art de New York, le Museum of Fine Arts de Boston, le Philadelphia Museum of Art, etc.

romare-bearden-01

Activiste engagé dans la défense de l’identité afro-américaine, Bearden exprime sa vision de la société américaine à travers des peintures naïves et des collages innovants. Il travail tout autant à la retranscription de scènes de vie de sa communauté (les musiciens de jazz dans les bars) qu’à la construction de visuels symboliques relatant les pressions et les violences vécues par les afro-américaines. Son œuvre est rattachée à la tradition de l’afro-centrisme, un courant de pensée développé au XXème siècle les identités et les apports culturels des populations africaines à l’histoire mondiale. Si certains noirs américains ont considéré que leurs racines se trouvaient en Afrique, d’autres souhaitèrent s’intégrer à la société américaine, en faisant entendre leurs particularismes, leurs idées et leurs opinions. Ces tensions identitaires écartelèrent continuellement l’œuvre de Romare Bearden, questionnant ce sentiment d’appartenance plurielle de la communauté afro-américaine.

romare-bearden-04

 romare-bearden-11

romare-bearden-02

romare-bearden-13

romare-bearden-06

romare-bearden-09

romare-bearden-10

Romare Bearden

romare-bearden-08

romare-bearden-15

romare-bearden-16

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Étienne Poiarez
Article écrit par :
Étienne Poiarez, doctorant à l’École Doctorale des Humanités à Strasbourg, a écrit un mémoire sur La Trilogie Cornetto d'Edgar Wright. Il a également obtenu un master en Information et Communication à Paris III Sorbonne-Nouvelle. Actuellement, il se consacre à une thèse sur le comique dans la cinématographie européenne récente, examinant les liens entre esthétique et éthique dans ses recherches sur des réalisateurs tels que Yorgos Lanthimos et Quentin Dupieux. En plus de ses travaux académiques, il a publié un article sur Tsui Hark et prépare un essai intitulé « La Trilogie Cornetto d’Edgar Wright ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.