Dystopie communiste en Bulgarie

Ismaël Gueymard est un photographe basé à Montréal, intrigué par l’esthétique communiste/spatiale des vestiges laissés par le temps et les changements. Dans ses séries, le jeune photographe explore le clash entre les édifices à grandeur surhumaine qui peuplent l’Europe de l’Est par exemple, et le rapport qu’ils entretiennent avec les humains. En ressort, un travail visuellement puissant et un regard intriguant sur le passé et les marques indélébiles qu’il laisse. Même si l’on préférerait ne plus les voir, comme c’est le cas en Bulgarie.

La série END de Ismaël Gueymard est justement le fruit d’un voyage en Bulgarie et d’un voyage dans le temps, à la rencontre de ces monuments du passé. Au bas d’une telle gigantesquetée, au sommet des montagnes bulgares et dans la brume, Ismaël Gueymard dévoile ces clichés grisâtres où le temps s’arrête, comme une dystopie communiste.

145d08_35614be725f14396be039e5dce967f4c

Cette absence de vie, de vitalité et de couleurs, c’est le reflet de la désertion humaine. La fin d’une époque avec comme seul souvenir, des tonnes de béton qui coupent le paysage. Des angles trop propres, trop droit au beau milieu d’une atmosphère vide, où le peu de nature qui vit ici, ne reprendra finalement ces droits qu’après de longues années ou siècles…

photo bulgarie communiste

photo bulgarie

145d08_247f6c7f8ed64a4d893ecd75830af16a

145d08_5066f24f09da400aa4ffd7fb5e4d347f

145d08_af35c6621f434f84a51a7538db5a7bf3

145d08_bdd1967070c246e6b820e416ff396e8d

145d08_d9db9986892d4907b165f0a7fb576e08

Ismaël Gueymard bulgarie

145d08_f23ca8afa053490d9092fc09dafaae06

www.ismaelgueymard.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.