En Iwamura avec sculpture géante tête noire

En Iwamura, portrait d’un artiste japonais qui mêle tradition et modernité

Image d'avatar de YvanaYvana - Le 2 février 2023

En Iwamura, jeune artiste japonais est connecté avec ses œuvres – il peint, dessine et sculpte ses émotions en couleurs.

En Iwamura
Ross + Kramer gallery exposition

Un artiste imprégné par la culture du “ma

La notion du ma est particulièrement présente dans l’esthétique japonaise. Le ma signifie littéralement “intervalle” ou “espace“… Il qualifie à la fois le vide entre deux objets, entre deux personnes mais également entre deux temporalités. En effet, on parle de ma pour définir deux périodes ou deux événements séparés dans le temps.

Cette culture du ma est très précieuse au Japon et d’autant plus pour En Iwamura qui fait tourner une de ses collections autour de ce concept. En Iwamura explique : “Le ma désigne l’espace entre deux choses qui sont connectées par des lignes et des formes imaginaires. Le MA est vide tout en étant extrêmement consistant”.

En Iwamura céramique culture ma
En Iwamura et la culture du ma

En réalité, le ma peut aussi décrire une forme d’énergie négative entre le temps et les êtres humains, comme si les hommes n’étaient pas en phase avec leur époque. Et c’est justement contre cette forme d’énergie qu’En Iwamura tente de lutter. Il explique qu’il a besoin de peindre, de dessiner et de sculpter afin de transposer ses histoires. Ses réalisations ont pour objectif de contenir cette mauvaise atmosphère du ma. Il résume la philosophie de son travail en une phrase : “Comment est-ce que je peux changer l’énergie du ma grâce et à travers mon travail ?”

En Iwamura, portrait d'un artiste japonais qui mêle tradition et modernité 1
Sunset Fantôme – Neo Jomon

I wanted to put my own stories into the ceramic work

En Iwamura à propos de la mauvaise énergie du ma

Si la culture japonaise vous intéresse, vous pouvez retrouver le travail d’artistes japonais sur Beware. Vous y trouverez – entre autres – une rétrospective de l’illustration japonaise des années 1920-1930 au Japon.

Des techniques ancestrales aux notes contemporaines

En Iwamura explique que ses sculptures suivent un rituel bien précis. Néanmoins, il n’a jamais de brouillon ni de réalisations pré-définies, il laisse libre court au flux de ses idées.

La technique de son travail se nomme “coil building” – une sorte de construction en bobines et de forme cylindrique. Cette technique traditionnelle s’inspire en grande partie des figurines haniwa ( = cylindre de terre cuite). Ces figurines sont faites de terre cuite et d’argile et elles étaient très répandues à l’époque Kofun, entre le 3ème et 7ème siècle après Jésus Christ. Les haniwa sont des objets funéraires qui se plaçaient en cercle sur les tombes. En Iwamura est fasciné par le côté primitif de ces statues et il s’en est beaucoup inspiré.

Statue bleue marine bonhomme centré
Beans – Neo Jomons

Outre cette référence ancestrale, En Iwamura s’est également intéressé à la céramique Jomon – un type d’art qui rassemble différents types de céramique japonaise pendant la période Jomon (une longue période de la préhistoire au Japon). Ces sculptures représentent très souvent des personnages humains et elles racontent des histoires. Bon nombre des réalisations d’En Iwamura sont directement tirées des “pots Jomon”. Ces pots sont faits à la main avec une forme bien spécifique, des cordes en argile composent le corps de ces objets.

Ainsi, la série Neo Jomon d’En Iwamura est une ode à ces deux techniques japonaises qui ont guidé l’artiste au cours de sa vie. On reconnaît les lignes et les formes de la céramique Jomon ainsi que les personnages tirés des haniwa.

Tête d'un petit garçon orange au centre de la photo
Orange Boy – Neo Jomon

Sur le plan de la réalisation, chacune de ces réalisations nécessite un certain temps. Il faut dans un premier temps faire “couler” en grande quantité l’argile, la sculpter et y ajouter les détails tout en ayant fait chauffer le four à 1250°. Il est nécessaire de faire chauffer le four pendant 2 jours entiers afin d’atteindre cette température et 3 jours pour le refroidir ensuite. Le four en question est d’ailleurs d’une envergure exceptionnelle, car certaines des œuvres de l’artiste peuvent faire 2 fois la taille d’un homme moyen.

En Iwamura, portrait d'un artiste japonais qui mêle tradition et modernité 2
Le four du studio d’En Iwamura

En Iwamura affirme que la céramique est une technique qui n’est pas toujours contrôlable, le processus peut parfois se heurter à quelques imprévus. Néanmoins, il est globalement toujours satisfait de ses réalisations et peut ensuite s’atteler à la coloration de ses sculptures avec de la peinture acrylique qu’il répartit sur l’ensemble de la surface en céramique. En Iwamura utilise des sprays de peinture afin de gagner du temps mais également afin d’obtenir une surface globalement lisse et uniforme.

Jomon pots spray bleu non terminée
Jomon pots, En Iwamura

L’ensemble des œuvres de l’artiste sont bien évidemment à retrouver sur son compte Instagram et sur son site Internet.

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Le street-artiste C215 rend hommage à Simone Veil

Le street-artiste C215 rend hommage à Simone Veil

À Melun, C215 a réalisé une fresque gigantesque sur le…

14 mai 2024

Yvana
Article écrit par :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.