Christine Mooijer

Christine Mooijer, l’art de faire parler les images

Image d'avatar de Elisa BarthèsElisa Barthès - Le 7 juin 2023

Tirant son inspiration de la culture hollywoodienne et de ses racines néerlandaises, la photographe Christine Mooijer réalise des portraits à caractère cinématographique. Sa curiosité est le moteur de son travail : c’est en allant à la rencontre des gens qu’elle documente leurs récits par la photographie.

Une femme est debout dans une rue sombre
No New Message, par Christine Mooijer.

Christine Mooijer a toujours eu un penchant particulier vers le portrait, qu’elle a combiné avec son envie de raconter des histoires. Ses récits se basent souvent sur des leads féminins, mais elle aime également traiter ses propres émotions telles que l’évasion ou la désillusion. 

Une femme à sa fenêtre
Darling, par Christine Mooijer.

Raconter ses émotions

Echapper à la réalité

“J’ai l’impression d’avoir les pieds sur terre, mais la tête dans les nuages” confie Christine Mooijer lorsqu’elle parle de son travail. En se plongeant dans des histoires diverses, elle a créé depuis le début de sa carrière de nombreuses séries de photographies. Parmi elles, Soliloquy est directement inspiré de son propre vécu. Elle se compose de plusieurs portraits aux tons froids et bleutés, justifiés par le choix du thème : “les soliloques sont un procédé dramatique qui permet à un personnage de faire connaître ses pensées au public en se parlant à lui-même. J’ai dépeint différentes façons d’échapper à la réalité, en faisant face à la solitude et à la dépression” explique-t-elle. Tout au long de cette histoire en images, elle décrit ce sentiment de paix qu’elle a tant recherché aux moments difficiles de sa vie. 

Une jeune fille est debout sur un plongeoir.
Dive de la série Soliloquy, par Christine Mooijer.

Désillusions

Dans une autre série intitulée Under Pressure, elle fait le choix de tons plus chauds, sans enlever l’ambiance dramatique. Ici, elle dénonce l’augmentation des cas d’épuisement professionnel, d’anxiété et d’autres troubles psychologiques, guidés par l’espoir du rêve américain. Ces histoires ont pour but de donner une vision plus réaliste de ce monde pas toujours aussi heureux qu’on le pense. “Under Pressure est né de la pression que j’ai ressentie pour obtenir une vie heureuse comme dans les films (…) il y a beaucoup de pression pour être performant, et si vous n’atteignez pas vos objectifs du premier coup, c’est de votre faute” explique-t-elle.  

Une jeune femme dans la nuit regarde devant elle
Expectations de la série Under Pressure, par Christine Mooijer.

Un processus de création thématique

Dans sa réflexion artistique, Christine Mooijer prend pour point de départ un thème sur lequel elle veut travailler. Par la suite, les mots deviennent une manière de formaliser ses idées : “j’écris quelques histoires en rapport avec le thème, elles peuvent être aussi petites qu’un simple objet, une phrase ou un croquis, tant que le sentiment que j’ai voulu exprimer transparaît” explique-t-elle. Le choix des actrices a aussi son importance, pouvant donner lieu à des sentiments différents. Christine Mooijer édite peu en postproduction, parce qu’il est important pour elle de montrer des images réalistes. “La plupart des retouches que je fais concernent des corrections de couleurs, pour montrer certaines émotions avec des couleurs spécifiques. Les tons bleus montrent davantage la solitude, les rouges, la passion, ce genre de choses” explique-t-elle. 

Une femme est assise de nuit sur une route de goudron
Lost, par Christine Mooijer.

Son histoire avec la photographie

Dès son enfance, Christine Mooijer est attirée par les images : “Je feuilletais les magazines de ma grand-mère, et les découpais pour les afficher sur mes murs” raconte-t-elle. C’est durant ses études de graphismes que la photographie prend une place plus importante, la poussant même à changer de voie. “Mon professeur m’a vraiment encouragé à poursuivre dans cette voie, plutôt que dans celle du graphisme, et le reste appartient à l’histoire” confie l’artiste. Elle s’engage donc dans une licence de photographie, lui permettant d’expérimenter tous les types : architecture, documentaire, commercial, mode et portraits. Très vite, cette dernière catégorie s’avère être sa préférée. Cette pratique devient pour elle quelque chose de plus en plus significative : “ j’ai toujours été un peu timide et l’appareil photo m’a servi à la fois de béquille et de barrière. Je pouvais entrer en contact avec les gens sans trop m’avancer, car cela me donnait une raison d’être en contact avec eux et d’apprendre à les connaître.” 

Portrait d'une femme qu'un rayon de lumière éclaire
Stargaze, par Christine Mooijer.
Une femme de dos est debout dans un village
The end, par Christine Mooijer.
Une femme est debout au milieu d'une fête foraine
Fun Fair, par Christine Mooijer.

Suivez toute l’actualité de Christine Mooijer sur sa page instagram et son site web

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Portrait de Vladimir Cauchemar, producteur atypique de la scène internationale

Portrait de Vladimir Cauchemar, producteur atypique de la scène internationale

Premiers succès et consécration Vous avez forcément été interpellé par…

25 juin 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

L'été approche à grands pas, amenant avec lui le retour…

18 juin 2024

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Shin Hanga, est-ce que ce terme vous dit quelque chose…

12 juin 2024

Elisa Barthès
Article écrit par :
La photographie et l'écriture sont les deux choses qui m'animent. J'aime capturer des instants, et transmettre l'émotion du présent à ceux qui n'y étaient pas. Jouer avec les mots me permet de parler dans une autre langue que celle de l'image.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.