Aurel Schmidt aime les jolies choses….vénéneuses

Aurel Schmidt, new-yorkaise d’adoption qui ne manque pas de style, a révélé son talent avec des illustrations imprégnées d’étrangeté, et de grâce… Comme à son image, pleine de séduction et naturellement provocante.

aurelportrait

aurelaurel

aurel4

L’univers intriguant de l’artiste nous parle des jolies choses, de nos peurs, de nos phobies maladives. Elle a une fascination évidente pour la belle laideur, tout ce qui est condamné à mourir puis à pourrir, et refoule ses angoisses en magnifiant le malsain, avec des végétaux, des couleurs, des couronnes de fleurs, des papillons.

Aurel Schmidt sait capter ce genre de phénomènes et toute la poésie dans ce que les standards jugent ingrat, avec son doux crayonné qui dévoile toujours des éléments discordants. Une molle peau de banane déployée exhibe un énorme sexe veineux et il faut le dire troublant de réalisme, une rose encore éclatante attend de faner vissée dans une canette de Diet Coke… La jeune femme joue sur le décalage, l’ironie de la vie, sur la finalité universelle. Elle éprouve un plaisir vicieux à représenter ce qui se dégrade et disparaît lentement, avec une si délicate manière que ce qui devrait nous faire ressentir du dégoût ravit nos mirettes (et nos petits cœurs sensibles). C’est l’avant-disparition qui l’intéresse, la phase de transition. Dans son imaginaire, les vers grignotent les corps éteints, les clopes percent la chair fragile, la drogue déforme les perceptions, la sexualité jaillit de partout, jusque dans les feuilles des endives, comme pour défier la mort : le quotidien est gravement infecté. Elle libère les obsessions perverses. Mais toutes ces apparitions un poil dérangeantes quand même, elle les adoucit avec ses crayons pastels. L’air de rien quoi !

À travers des planches au caractère précieux, on découvre une créatrice d’émotions, entre cynisme et romantisme, proposant les vanités actuelles en quelque sorte. Et son objet fétiche serait sans surprise un crâne bleu pâle avec des pâquerettes enfoncées dans les fosses nasales.

Aurel-Schmidt_Art_7 Aurel-Schmidt_Art_3

papillons

aurel-shmidt-opening-ceremony-drawing

Enfin, voilà, il fallait absolument vous la présenter, même si ce n’est plus une petite débutante. Une dimension hype s’est développée autour d’elle (collaborations avec Opening Ceremony pour ne citer que ça), Aurel a déjà un cercle d’admirateurs dans la mode aussi. Son air “junky” mais classieux fait son effet.

Et vous l’aurez compris, pour absorber une dose de splendeur visuelle qui donne froid dans le dos, il suffit d’admirer ses piquantes merveilles. Toute forme de vie est périssable, la beauté reste éternelle : http://www.time-and-space.tv/contributors/aurel-schmidt

 

Et bien sûr, on vous souhaite de joyeuses fêtes les petits !

Joyeux Noël les petits !