Un musée à ciel ouvert : Tag and graffiti 1

Un musée à ciel ouvert : Tag and graffiti

DSC_0004

Voici l’idée ingénieuse d’un musée en plein air pour un art peu considéré né dans la rue. C’est au cœur du 17ème arrondissement de Paris non loin des champs Élysées que cet évènement hors du commun et en tout point plus moderne que les habituelles expositions dans les Hôtels particuliers parisiens nous est offert. Il suffit d’une promenade dans le quartier pour apercevoir une bâche de 2000 m² sur laquelle des artistes reconnus de l’univers du tag exposent et nous font une démonstration de leur technique et de leur expérience.

DSC_0054
Des artistes reconnus tels que orphée, psychose, phase 2, toxic et bien d’autres pour lesquels le tag est une veritable culture.
Les graffitis ont été commandés par Laurent Dumas, président d’Emerige (société de promotion immobilière) à qui appartient l’immeuble sur lequel est tendue la bâche.

Cette idée est venue de la collaboration de ce dernier avec l’expert des tags Alain Dominique Gallizia, architecte de métier qui avait déjà conquit le grand Palais et qui apporta son aide lors l’exposition de la fondation Cartier.
Il s’est engagé à faire reconnaitre ce nouveau mode d’expression et sa mission est pleinement remplie.

72 artistes internationaux sont donc exposés sur cette toile.
Un week-end par mois environ, 24 artistes s’adonnent à leur art en live devant une foule de passants et de médias, avant de voir leurs toiles  au fur et à mesure fixées sur la bâche.

DSC_0101

Beware a suivi pendant une demi-journée sous le soleil parisien  la confection de 6 graffs et force est de constater que voir ces artistes à l’œuvre est une façon ludique de s’initier à la culture du tag.

DSC_0079

Pour ceux qui ont raté les précédents lives, il n’est pas trop tard, vous pouvez nous retrouver le 19 et 20 Juin au 108 avenue de Wagram pour une dernière série de tags en live.
Une vente aux enchères sera ensuite organisée le 18 novembre 2010 à 20H00 chez Artcurial lors de laquelle une grande partie des gains récoltés seront reversés à l’association Paris tout p’tit.

C’est une opportunité de changer les aprioris de cet art longtemps considéré comme de la délinquance et de la dégradation de bâtiments.

DSC_0163

Alors Rendez vous à tout les retardataire le 19 juin !!!!