Torbjørn Rødland capture l’anormalité

Image d'avatar de Hugues PascotHugues Pascot - Le 5 octobre 2017

Photographe norvégien vivant à Los Angeles, Torbjørn Rødland sait créer la confusion à travers ses clichés harmonisant surréalisme et esthétisme.

Torbjørn Rødland

Lorsqu’on s’aventure dans le travail de Torbjørn Rødland, mieux vaut y aller à petits pas. Ses photos singulières évoquent une poésie qui déroute. Il brouille de façon remarquable les lignes entre le corps et l’objet. Bien que ses photos soient claires et épurées, elles dégagent une atmosphère inquiétante et brutale à la limite de l’absurde. C’est un tour de force d’obtenir ce résultat sans jouer sur la noirceur et en investissant tout au contraire une grande luminosité.

L’impact de chaque image est extrêmement puissant. Le norvégien déforme, déstructure et torture le corps humain pour un résultat envoutant. Chaque cliché a une dimension incontestablement narrative qui suscite questionnements chez le spectateur. La combinaison improbable entre éléments corporels et objets insolites surprend dans un premier temps mais une cohérence finit par s’installer.

Torbjørn Rødland
photographe

Douleur, souffrance et religiosité, Rødland convoque l’imaginaire spirituel en mettant en scène la prière, la supplication et le miracle. Il y a chez les personnages photographiés quelques chose des saints martyrs dans les rites baroques. Les adolescents photographiés, de par l’innocence qu’ils affichent, semblent tout droit sortis d’un film de Gus Van Sant.

Torbjørn Rødland photo
portrait par Torbjørn Rødland
portrait par Torbjørn Rødland

Né en Norvège, Torbjørn Rødland s’est formé à la photographie au National College of Art and Design de Bergen et a effectué des études culturelles au Rogdland University Centre de Stavanger. Ses champs d’investigation sont très divers. Il a notamment publié une série photographique concernant l’univers du Black Metal (“White planet, black heart”) dont le berceau est son pays natal. Mais il s’est aussi intéressé à des sujets aussi contrastés que la nature morte d’une part et le corps humain d’autre part pour un résultat toujours saisissant.

portrait par Torbjørn Rødland
portrait par Torbjørn Rødland
portrait par Torbjørn Rødland

Le photographe donne à voir l’irréel, l’anormal et le bizarre, plongeant chacun d’entre nous dans ce sentiment si inconfortable qu’est la fascination-répulsion. La monstruosité n’est jamais très loin. Le Norvégien manie habilement la dialectique beauté/laideur, se jouant des frontières entre ces deux extrêmes. Il ébranle toutes les certitudes qu’on croit avoir en la matière. Le résultat est hypnotique. Le cliché continue à produire son effet dans la tête du visiteur, même après la rencontre avec l’image. C’est comme un bourdonnement dans l’oreille, après une déflagration.

portrait par Torbjørn Rødland
fille Torbjørn Rødland
portrait par Torbjørn Rødland

Page Facebook

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
Notre sélection des festivals français du mois de juin 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juin 2024

L'été approche à grands pas, amenant avec lui le retour…

28 mai 2024

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Hugues Pascot
Article écrit par :

Laisser un commentaire

1 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.