Margot Gabel : photographe

Margot Gabel est originaire de Strasbourg, actuellement étudiante à l’école des Gobelins à Paris.
Cette jeune photographe mise sur l’utilisation d’un appareil photo argentique. C’est un réel atout pour son travail, l’authenticité perdue par l’émergence du numérique est de retour, l’instantanéité n’est plus là ; le travail demande plus de précision, et le résultat a donc plus de valeur.

On retourne à la photographie pure et simple, sans artifice.  On retrouve une lumière particulière, un grain photographique.
Son site : www.flickr.com/photos/-mrgt-/

  1. C’est pas une photographe, c’est une personne qui fait de la photo, qui prend des choses banales misant tout sur le rendu de l’argentique pour donner sens et profondeur à ses clichés.

  2. “son* travail”
    De plus, certains oublient que la photo est question de lumière, et non de retouche photoshop..
    Le travail est la, et les clichés brillent.
    Malheureux sont ceux qui n’y voient que du feu

  3. “… qui prend des choses banales..”
    Ah ? Le quotidien est donc banal, inintéressant, inesthétique ?
    ” Juan Camel ” ta vie doit être bien triste.

    Il n’y a pas forcément besoin d’une fille à poil dans un marécage pour donner du sens à un cliché..

  4. ” l’authenticité perdue par l’émergence du numérique “. Je suis profondément écœurée de lire une chose pareille. Constater que le numérique est sans arrêt recalé, parce que soit disant plus simple à actionner ? Mais que ce soit en argentique ou en numérique, il y a toujours eu et il y aura toujours des boutons pressoirs ! Moi, ça fait plus de six ans que je travaille ma lumière et mes rendus colorés sans recourir à aucune retouche. Alors qu’on ne me dise pas que je ne suis pas authentique parce qu’on se sait pas Regarder plus loin que son nez et qu’on a des foutus a priori. Aussi, je ne suis pas en train de faire de moi une référence, disons simplement que je m’assume comme exemple. Parce que Oui, j’en ai ras le bol que parce que sous prétexte que tu shootes en numérique, tu n’aies pas le droit à une même reconnaissance que celui qui pratique en argentique. Je le répète donc, il ne s’agit pas de faire une éternelle préférence entre numérique et argentique, mais savoir Reconnaître, Regarder !

    (PS : Pour moi, la seule chose pénible avec le numérique, c’est qu’il n’y ait toujours pas de capteur carré.)

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Krisatomic : Islande