L’utopie hippie de Taylor Camp 1

L’utopie hippie de Taylor Camp

Dernière mise à jour:

673x445xcamptaylor14.jpg.pagespeed.ic.Ae2STak1fu

Taylor Camp, c’est l’histoire vraie de treize hippies blasés par l’Amérique qui décident de partir vivre le rêve baba à Hawaii, fondant une communauté autogérée qui durera plus de huit ans. Huit ans d’une vie utopique et tropicale à vivre nu sur une plage en graillant des mangues et du LSD. Un scénario digne de La Plage mais sans gourou chelou et requins mangeur d’homme.

L’aventure débute en 1969. Cela fait déjà une dizaine d’années que l’Amérique s’embourbe dans le conflit Vietnamien. Dans les rues, la jeunesse chevelue gueule son mécontentement et ses envies de paix, se faisant régulièrement matraquer la gueule par un corps policier bien décidé à casser du hippie, qu’il considère comme une bande de jeune junkie hirsute antipatriotique et super énervant avec  leur manie de s’asseoir partout par terre en jouant du Jimi Hendrix au banjo.

Dans ce climat pas très Flower Power, treize hippies, lassés par les brutalités policières, l’élection de Nixon et l’American Dream en général, décident de se faire la malle à Hawaii, espérant vivre à la cool, proche de leurs idéaux, sans flics et sans fringues. Ils débarquent sur l’île la même année, vadrouillant d’abord de plage en plage à la recherche d’un spot. Mais bon, Hawaii c’est quand même l’Amérique et les bandes de beatnik en vadrouille, ici aussi, on n’en veut pas. Le petit groupe finit donc assez rapidement en taule pour vagabondage.

Heureusement, leur périple émeut un riche résident de l’île, Howard Taylor, frère de l’actrice, qui décide de leurs céder gracieusement un bout de terrain paradisiaque, une baie idyllique bordée de jungle et suffisamment à l’écart. C’est un terrain vierge de toute infrastructure. Pas d’électricité, pas de chiotte et tout à inventer.

Nos treize hippies se mirent donc à construire des cabanes sur pilotis en bord de mer avec du  bambou, des lianes et à peu près tous ce qu’ils pouvaient récupérer. Le climat est clément et se prête aisément à la vie sauvage et aux huttes rudimentaires. Petit à petit, le quotidien à Taylor Camp s’organise. Les mecs vivent de la culture et de la pêche, parfois aussi des bons alimentaires dispensés par le trésor américain. Bientôt, un médecin et une sage-femme rejoignent le camp, amenant avec eux une certaine autonomie. Les petits hippies vont aussi à l’école et leurs parents réussissent même à convaincre le chauffeur de bus scolaire de marquer un nouvel arrêt à Taylor Camp.

L’utopie tropicale suit paisiblement son cour. Petit à petit, la nouvelle de l’existence d’un petit bout de paradis autogéré par une bande de fan de Frank Zappa se propage et de nouveaux arrivants affluent, attirés comme des mouches par cette ultime fantaisie hippie. A son apogée, on compte près de 120 personnes vivant sur un peu moins de 3 hectares, 120 hippies vivant cul nul un splif à la main dans un décor de carte postale. Un vrai rêve de fonfon.

Outre la beuh, les drogues psychédéliques font également parties du voyage et le lsd coule à flot. Certains résidents sont connus pour leur amour du trip et détiennent de véritable record de défonce. Défonce qu’il nomment mignonnement « éveil des sens » ou « expérience cosmique ».

Ce mode de vie alternatif cumulant nudité, drogue dure et amour libre ne fait pas vraiment l’unanimité sur l’île. La plupart des insulaires voyant d’un très mauvais œil ce campement de gitans à cheveux longs qui squattent désormais une belle portion du littoral. Parfois, et vu qu’on n’est pas non plus dans un Disney, les problèmes viennent de l’intérieur, donnant du grain à moudre aux détracteurs de Taylor Camp. Même si la majorité de la communauté est plutôt paisible, certains résidents amènent avec eux une ambiance beaucoup plus malsaine, troublant la tranquillité du lieu, écornant encore un peu plus l’image du groupe.

673x445xcamptaylor1.jpg.pagespeed.ic.0ymSZtYwMd

Après 8 ans d’une vie sans règles et sans chef, l’aventure Taylor Camp s’essouffle, sous les coups répétés des insulaires excédés et de la pression grandissante de l’industrie du tourisme, qui aimerait bien récupérer cette baie idyllique squattée depuis presque 10 ans par une bande de hippies utopistes se baladant les couilles à l’air. En 1977, l’état rachète le terrain d’Howard Taylor, expulse les derniers occupants et brûle les maisons, ayant pour projet de bâtir une réserve naturelle avec parking et table de pique-nique. Les derniers des hippies s’en vont, retournant au Etats-Unis vivre une vie plus classique.

Les photos qui illustrent cet article ont été prises en 1971 par John Wehrheim, photographe de 23 ans à l’époque en vacance à Hawaii chez des amis. Tombé par hasard sur le camp, il immortalisera cette expérience communautaire hors norme, gardant une trace de cette grande aventure hippie qu’on a à peu près tous rêvé d’entamer un jour de pluie, coincé derrière notre clavier d’ordinateur gris. Pour ceux qui voudraient en savoir plus, Taylor Camp, c’est aussi un documentaire vidéo (en fin d’article), qui mélange les photos de John à des témoignages d’anciens. La plupart des ex hippies retrouvés par le réalisateur parlent de cette période comme de la plus belle de leur vie et seraient prêts à repartir illico construire des cabanes en bambou quelque part sur une plage. Rassurant aussi, la majorité des anciens ont facilement réintégré l’American Dream, devenant par la suite avocat, instituteur et autres fonctions socialement acceptables. En 2014, un Taylor Camp 2 semble durement envisageable.

673x445xcamptaylor8.jpg.pagespeed.ic.-N-p7B51AK

673x445xcamptaylor5.jpg.pagespeed.ic.bJlNs2mE4L

640x408xtaylorcamp.jpg.pagespeed.ic.1SLtPMkDtk

640x408xtaylorcamp1.jpg.pagespeed.ic.HM3WV5EABi

673x445xcamptaylor4.jpg.pagespeed.ic.imUgozcTm4

Capture d’écran 2014-02-23 à 14.55.23

673x445xcamptaylor2.jpg.pagespeed.ic.yWciPBXmGj

673x445xcamptaylor7.jpg.pagespeed.ic.Bmg7VZKvgz

673x445xcamptaylor10.jpg.pagespeed.ic.0BhbsspLHu

673x445xcamptaylor6.jpg.pagespeed.ic.OAkzuU76R_

640x450xcamptaylor3.png.pagespeed.ic.s8eUeMQkqi

673x445xcamptaylor.jpg.pagespeed.ic._Z_NaDn9Fu

Mais si quelqu’un à tout de même un terrain sympa à dépanner dans un pays tropicool, qu’il n’hésite pas à nous écrire.

Cet article a été pondu par le webzine Chick ‘ n Touch

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer