opera street art

Les graffs d’Opéra résonnent dans le street-art français

Image d'avatar de Étienne PoiarezÉtienne Poiarez - Le 21 mars 2017

Né le 29 mars 1983, l’artiste Stéphane Opéra débute dans le milieu du graffiti dès 1998 sous le nom de Starone. Il se passionne alors pour la peinture de lettres complexes, dites “wild style”, pendant près de 10 ans. Diplômé d’un BTS en Com’ visuelle à Paris en 2005, il se taille une réputation en freelance et ouvre  sa propre agence baptisée “2HS Design” en 2008. Les choses s’accélèrent et il entame en parallèle une démarche artistique de plus en plus poussée vers le design mural, joignant son métier à ses inspirations personnelles. En 2006, il prendra le nom d’Opéra, symbole d’une nouvelle orientation vers des productions toujours aussi luxuriantes mais également plus géométriques. Certaines de ses influences majeures (et cela n’étonnera personne) sont Vasarely, Kandinsky ou encore Lissitzky. En termes de mouvement artistique, on retrouve dans son style une touche de constructivisme, de rétro-futurisme et des traits en provenance de l’Ecole du Bauhaus.

Stéphane Opera

Son univers graphique le conduira à collaborer avec différents artiste comme Hocus Pocus, C2C ou Stalwart Records, mais aussi des marques célèbres, notamment Adidas et Engie ou des médias comme Eurosport et Canal+. Collaborateur et ami des street-artistes Grems et Taroe, ils formeront ensemble Anyway Studio en 2014, une agence dans laquelle ils conjuguent leurs talents pour donner vie à des projets créatifs attirants et innovants en toute liberté.

Stéphane Vignal
Stéphane Vignal
Stéphane Vignal
Les graffs d'Opéra résonnent dans le street-art français 1
Les graffs d'Opéra résonnent dans le street-art français 2
Stéphane Vignal
Stéphane Vignal
Stéphane Vignal

Vous pouvez retrouver le travail d’Opéra sur son site officiel.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Dune : Deuxième Partie, ou l’art de filmer des visages comme des paysages

Dune : Deuxième Partie, ou l’art de filmer des visages comme des paysages

Deux ans après le succès du premier volet, Denis Villeneuve…

3 mars 2024

A la rencontre de The Soul Twins

A la rencontre de The Soul Twins

The Twin Souls, formé par les frères Guilhem et Martin…

27 février 2024

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Un Nouveau Jalon pour le Street Art Parisien Dans le…

23 février 2024

Étienne Poiarez
Article écrit par :
Étienne Poiarez, doctorant à l’École Doctorale des Humanités à Strasbourg, a écrit un mémoire sur La Trilogie Cornetto d'Edgar Wright. Il a également obtenu un master en Information et Communication à Paris III Sorbonne-Nouvelle. Actuellement, il se consacre à une thèse sur le comique dans la cinématographie européenne récente, examinant les liens entre esthétique et éthique dans ses recherches sur des réalisateurs tels que Yorgos Lanthimos et Quentin Dupieux. En plus de ses travaux académiques, il a publié un article sur Tsui Hark et prépare un essai intitulé « La Trilogie Cornetto d’Edgar Wright ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.