Caroline Walker : au nom des femmes

« Je suis une observatrice passive ; [ma] peinture donne toujours le point de vue d’un observateur extérieur ». Dans sa nouvelle série, Service, Caroline Walker nous donne à voir des travailleuses pensives, sur leurs lieux de travail.

Caroline Walker : au nom des femmes

Déambulant dans les rues de Londres entre 17h et 19h, alors que la ville vit ses ultimes soubresauts, l’artiste écossaise photographie des scènes citadines que nos préoccupations nous dérobent – une couturière s’appliquant sur les dernières mesures, une vendeuse esseulée, une serveuse sur le départ, des cuisinières en fin de service… Elle les retranscrit ensuite en peinture, le seul medium, selon elle, permettant ce mélange « de réel, de mémoire et d’illusion ».

Caroline Walker : au nom des femmes

« Ma perspective sera toujours tirée de mon statut de femme »

Caroline Walker : au nom des femmes

L’observateur se délecte de ce voyeurisme bienveillant, dirigé vers des femmes rêveuses, parfois esseulées. Qui sont-elles ? A quoi songent-elles ? La peinture à l’huile crée ce flou délicat qui distancie la curiosité, prolonge l’imaginaire et protège l’identité de l’objet de notre attention, à une époque où la frontière public/privé semble vivre ses derniers instants.

Caroline Walker : au nom des femmes

La symbolique de ces figures féminines solitaires, laborieuses, comme en attente, dévoile bien plus qu’aucun selfie ne pourra jamais offrir : la femme n’est plus cet autre mystérieux, mais devient, indistinctement, notre propre reflet.

Caroline Walker : au nom des femmes

Caroline Walker : au nom des femmes

Caroline Walker : au nom des femmesCaroline Walker : au nom des femmes

Caroline Walker : au nom des femmes

[email protected] Walker (GRIMM Gallery)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.