“Décidément l’electro c’était mieux avant.”

Les vieux ravers

Si tu trouves que cette phrase est nulle, alors tu écoutes probablement tout ce qui est actuel et tu sais que les producteurs d’aujourd’hui s’inspirent des perles d’hier. Yuma Guma aussi le savent, et ça se sent dans leur deuxième disque, sobrement intitulé “# 2”. On décortique.

groupe électro Yuma Guma

Vous voulez pas un whisky d’abord ?

Trio électro live originaire de la capitale, Yuma Guma est une bande d’amis de longue date. Ensemble, Lucas, Guillaume et Geoffroy étaient finalistes du BPM Contest 2019, et révélation de Calvi on The Rocks 2019. Le groupe se définit comme étant à mi-chemin entre la Disco et l’Acid House, ce qui, on le verra, s’avère vrai puisqu’on explore justement ces genres dans “#2” (on va dire numéro 2). C’est particulièrement marqué en live où le trio fait cohabiter synthés, boîtes à rythmes, guitares, basses et autres joyeusetés, qui habituellement ne partagent pas les mêmes scènes, ou en tout cas, pas les mêmes mains.

photo des membres du groupe

Au fait, on vous a dit qu’en 2018 Cerrone himself les a sélectionnés pour remixer “African Voodoo” ? Super cool !

Numéro 2.

Comment ne pas penser à Blue Monday quand le kick de Coming For You entre dans le mix pour lançer les hostilités. On nous offre environ une minute de réflexion autour de la question avant de faire entrer des cordes planantes à souhait, à l’image des choeurs de Blue Monday. Pas de doute, on est sur une inspi. Tout ça vient s’embellir de la guitare dont on parlait précédemment, habillement amenée et donc bienvenue.

Sans aller jusqu’à vous décrire les morceaux un par un, vous verrez que Move Along reprend les codes des grands titres House des années 90 : piano, claps et samples hyper percutants. Sur Delusion, on passe côté Daft Punk avec cette guitare bourrée d’effets qui nous met quelque part entre Something About Us et Voyager

Alors pourquoi est-ce que je vous dis tout ça, à étaler ma science pour comparer une découverte sympa avec les grands de ce monde, et bien c’est pour revenir à cette histoire de nostalgie. La musique c’était déjà très bien avant, sans l’ombre d’un doute, et parfois certains groupes, pris de nostalgie, s’aventurent sur des chapitres qu’on pensait achevées, et écrivent quelques lignes de plus.

Entendre les codes qui ont fait la musique d’hier enrobés de la technique qui donne sa clarté à la musique d’aujourd’hui, c’est quand même sympa, et avec tout ce qui s’est fait depuis, ça ne donne que plus de liberté. Avec un peu de chance, avec des disques comme ça, on arrivera même à réconcilier les jeunes qui trouvent que la musique des vieux a mal vieilli avec les vieux qui trouvent que la musique des jeunes c’est que de l’esbroufe.

Et ça se passe où ?

On ne vous a pas vendu de la performance pour vous laisser partir avec un clip.

Ce samedi 29 février, Yuma Guma mixera lors de la 6ème édition des soirées Amsem, et ça se passera au Nouveau Casino à Paris. Allez-y ça n’arrive que tout les 4 ans. Ils passeront derrière les platines en compagnie de Joe Lewandowski & Aymar, et Fasme en live.